ad

Il meurt d’une overdose de… bonbons à la réglisse

Dernière mise à jour: novembre 2020 | 15911 visites
123m-snoep-drop-9-11-20.jpg

news Un patient américain est décédé des suites d’une consommation excessive de bonbons à la réglisse, qui a provoqué la défaillance de plusieurs organes. Comment peut-on expliquer cela ?

Il s’agit d’un homme de 54 ans pris en charge par les services de secours à la suite d’un arrêt cardiaque dans un fast-food. Quatre chocs électriques sont administrés sur place, et le patient est conduit à l’hôpital (Massachusetts General Hospital), puis admis en soins intensifs. L’analyse de sang détecte une hypokaliémie, c’est-à-dire un taux de potassium très bas. Des médicaments sont administrés pour stabiliser le rythme cardiaque, la pression artérielle et le taux de potassium, entre autres paramètres.

Son alimentation : des friandises

Rapidement arrivés sur place, les proches du malade indiquent qu’il ne souffrait apparemment pas de problèmes de santé particuliers, et qu’il ne présentait pas de symptômes inquiétants. Ils expliquent toutefois, poursuit Le Monde, qu’il se nourrissait particulièrement mal, puisqu'une grande part de son alimentation quotidienne consistait en des paquets de bonbons fruités. Voici trois semaines, il avait changé de friandises pour passer à des bonbons aromatisés à la réglisse. L’équipe médicale s’interroge : cette consommation abondante et prolongée de confiseries pourrait-elle être à l’origine de cette dégradation de l’état de santé, sachant que la réglisse est une cause connue d’hypokaliémie ?

A trop fortes doses, la glycyrrhizine (acide glycyrrhizique), un principe actif de la réglisse, risque en effet de bloquer une enzyme rénale importante dans la régulation des concentrations en eau et en sodium. L’inhibition de l’activité de cette enzyme peut provoquer une hypertension artérielle, une hypokaliémie, une dérégulation du rythme cardiaque et une insuffisance rénale, autant de troubles observés chez le patient. Par ailleurs, la glycyrrhizine peut aussi perturber le métabolisme de l’aldostérone en augmentant le taux sanguin de cette hormone produite par les glandes surrénales, avec alors une altération des équilibres en sodium et en potassium.

Des mesures palliatives

Tout ceci a conduit à une défaillance multiviscérale, un dysfonctionnement de plusieurs organes en raison de la chute de la concentration en potassium. L’état de santé du patient s’était considérablement dégradé, au point que les médecins et la famille ont décidé de s’en tenir à des mesures palliatives. La mort est survenue un jour et demi après l’admission.

Le Monde fait aussi référence au cas d’un homme de 68 ans décédé en France voici quelques années. Ici aussi, un diagnostic d’hypokaliémie a été établi. Cette personne buvait des quantités importantes d’un pastis bon marché (un litre tous les deux ou trois jours). Cette boisson, dérivée du « vrai » pastis, contenait de la glycyrrhizine utilisée comme exhausteur de goût.

Voir aussi l'article : La réglisse provoque des… problèmes cardiaques !

Source: The New England Journal of Medicine (www.nejm.org) via Le Monde (www.lemonde.fr)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub