ad

Pourquoi cette peur instinctive des serpents ?

Dernière mise à jour: juin 2020 | 3687 visites
123-dieren-boa-slang-11-2.jpg

news C’est une observation fascinante : le cerveau du nourrisson identifie immédiatement la menace que représente un serpent, et ceci sans le moindre apprentissage du danger.

L’expérience a été réalisée par une équipe belge (ULB Neuroscience Institute). En préambule, les spécialistes expliquent que la détection rapide des prédateurs est une habileté essentielle à la survie d’une espèce, puisqu’elle permet d’y répondre de façon appropriée. Des théories récentes suggèrent que le cerveau humain se serait développé de manière à détecter les serpents en priorité, dans la mesure où ils ont été l’un des plus gros prédateurs des primates au cours de l’évolution.

Dans ce contexte, les chercheurs ont examiné par électroencéphalographie (EEG) les réponses cérébrales de nourrissons âgés de 8 mois, alors qu’on leur présentait une à une des images de différents animaux (6 images par seconde). Et d’un seul coup d’œil, le cerveau des bébés a détecté les serpents parmi d’autres espèces, en réagissant de manière singulière. La localisation des réponses cérébrales dans le cortex visuel appuie l’idée que ce mécanisme reposerait sur l’identification des traits visuels caractéristiques des serpents, notamment dans leur forme enroulée.

La détection ne nécessite donc ni expérience antérieure avec les serpents, ni connaissance de leur danger. Les auteurs résument : « Ces résultats suggèrent donc l’existence d’une prédisposition à détecter les serpents sur base de leurs caractéristiques visuelles, qui pourrait favoriser le développement de peurs liées à ces reptiles. De manière plus générale, ils montrent que le cerveau humain a évolué afin de détecter rapidement des menaces récurrentes au cours de l’évolution ».

Voir aussi l'article : Serpents : la carte du monde du danger mortel

Source: Scientific Reports (www.nature.com/srep)
publié le : 21/06/2020 , mis à jour le 20/06/2020
ad
pub