ad

Quels fruits pour réduire le risque d’Alzheimer ?

Dernière mise à jour: juin 2020 | 5199 visites
123m-voeding-fruit-2-6-20.jpg

news Dans le cadre d'une alimentation saine, les fruits et les légumes exercent un effet protecteur contre le risque de démence, en particulier de maladie d’Alzheimer. Ceci s’expliquerait par l’action des flavonoïdes. Quels fruits exercent l’effet le plus marqué ?

Il s’agit d’une étude très large ampleur, puisqu’elle a porté sur quelque 3000 seniors suivis pendant une vingtaine d’années. A intervalles réguliers, une équipe américaine (université Tufts) a évalué leur consommation alimentaire, et en particulier les fruits et les légumes. L’intention consistait à déterminer s’il existe une association entre les apports en flavonoïdes (des composés bioactifs) et le risque de développement d’une démence, en particulier la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont ajusté les données en tenant compte de paramètres comme le statut socio-économique, l’indice de masse corporelle (IMC), le tabagisme, le cholestérol, le diabète, l’hypertension artérielle, ou encore les autres variables nutritionnelles.

Et comme le détaille le Dr Viviane de La Guéronnière (Journal international de médecine), ils aboutissent à des résultats spectaculaires concernant trois types de flavonoïdes, fournis en particulier (mais pas seulement) par les fruits.

Anthocyanines. Myrtille, fraise, raisin noir, fruits de couleur rouge et baies en général. La différence de risque de démence entre la consommation la plus élevée et la plus basse est de 76%.

Flavonols. Pomme, poire, oignon, thé, fruits et légumes en général... La différence de risque est de 44%.

Polymères de flavonoïdes. Thé, pomme, fraise, vin… La différence est de 42%.

Selon les auteurs, les flavonoïdes agiraient par une action neuroprotectrice et anti-inflammatoire, avec une amélioration de la circulation cérébrale. Le Dr de La Guéronnière commente : « Ces données plaident encore pour un effet marqué des fruits et des légumes, et particulièrement des baies, sur la cognition et la prévention de la démence, comme le suggéraient déjà d’autres recherches ».

Voir aussi l'article : Alzheimer : des signes dans le cerveau dès 40 ans

Source: The American Journal of Clinical Nutrition (https://academic.oup.com/aj)
publié le : 03/06/2020 , mis à jour le 02/06/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci