ad

Connaissez-vous la maladie de l’éjaculation ?

Dernière mise à jour: avril 2020 | 4837 visites
123-psy-moe-depress-11-2.jpg

news Ce trouble rare affecte sévèrement l’existence des hommes qui en souffrent : que faut-il savoir sur le syndrome de la maladie post-orgasmique ?

Les symptômes sont variables en intensité et en durée (jusqu’à une semaine) d’un patient à l’autre : grosse fatigue, picotements aux yeux, nez bouché, troubles de la concentration, malaise, déprime, irritabilité… Le point commun, c’est qu’ils se manifestent dans les minutes ou les heures qui suivent une éjaculation, que ce soit lors d’un rapport sexuel, de la masturbation ou pendant le sommeil.

Un déficit en testostérone ?


Ce syndrome n’a été décrit pour la première fois qu’en 2002 par un médecin néerlandais, et il reste assez peu connu du corps médical, sachant aussi que les cas sont relativement rares. La cause relève d’hypothèses. Ainsi que l’explique Le Monde, il pourrait être dû à une réaction du système immunitaire : au cours de l’éjaculation, il se produirait une cascade de réactions associées à une hypersensibilité de la muqueuse de l’urètre, le conduit d’évacuation du sperme. Mais il pourrait aussi s’agir d’un dysfonctionnement passager du système nerveux sympathique (l’un de nos systèmes nerveux autonomes, qui contrôle de nombreuses fonctions « automatiques »).

Concernant le traitement, il n’en existe pas de réellement optimal. On tente des médicaments, comme les anxiolytiques, les antidépresseurs ou les anti-inflammatoires. Une équipe américaine (université Harvard) décrit le cas d’un jeune homme de 25 qui souffrait du « syndrome post-éjaculatoire » depuis l’âge de 16 ans, avec de lourdes répercussions sur son existence. Dans son cas, il s’avère qu’un traitement hormonal visant à faire remonter le taux déficitaire de testostérone a permis de guérir le patient, et en tout cas d’atténuer considérablement les symptômes. Ainsi que l’explique Le Monde, « ce cas clinique semble indiquer que parfois, un déficit en testostérone pourrait être responsable d’un syndrome de la maladie post-orgasmique, et qu’un traitement hormonal peut alors être indiqué ».

Voir aussi l'article : Quand parle-t-on d'éjaculation précoce ?

Source: Urology Case Reports (www.journals.elsevier.com/u) via Le Monde (www.lemonde.fr)
publié le : 03/04/2020 , mis à jour le 02/04/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci