Risque cardiovasculaire : les bienfaits des « lipides polaires »

Dernière mise à jour: septembre 2019 | 5329 visites
123m-melk-27-8.jpg

news Un type particulier de matière grasse, les lipides polaires, contribuerait à faire baisser le taux de « mauvais » (LDL) cholestérol et de triglycérides. On trouve notamment cette substance dans le babeurre.

Sous la coordination de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), une équipe française a voulu mieux cerner les effets des lipides polaires laitiers sur le profil cardiovasculaire, sachant que des travaux sur l’animal avaient abouti à des observations très positives. Ces lipides stabilisent naturellement les gouttelettes de matière grasse et on les retrouve en particulier dans la crème et le babeurre. Les chercheurs ont conduit leur étude sur une population à haut risque coronaire : les femmes ménopausées en surpoids. Pendant un mois, en plus de leur alimentation habituelle, ils leur ont fait consommer quotidiennement du fromage à tartiner enrichi en lipides polaires (concentré de babeurre).

Résultat : une réduction « significative » des taux de « mauvais » (LDL) cholestérol, de triglycérides et d’autres indicateurs importants de perturbations métaboliques. Les lipides polaires ont donc amélioré le profil de santé cardiovasculaire des participantes.

Par quel effet ? Les auteurs suggèrent que dans l’intestin grêle, les lipides polaires et le cholestérol formeraient un complexe qui ne peut pas être absorbé par le côlon, et qui serait finalement évacué par les selles.

Ce constat pourrait être à la base de nouvelles stratégies nutritionnelles pour diminuer le risque cardiovasculaire dans les populations exposées, et il devrait inciter l’industrie alimentaire à davantage intégrer les lipides polaires dans une série de préparations.

Voir aussi l'article : Quels sont les bienfaits du lait et des produits laitiers ?

Source: Gut (https://gut.bmj.com)
publié le : 20/09/2019 , mis à jour le 19/09/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci