Voiture et médicaments : quels sont les dangers ?

Dernière mise à jour: mai 2019 | 1503 visites
123-auto-sneldheid-nacht-8-24.jpg

news En Belgique francophone, environ un tiers des automobilistes admettent avoir conduit au moins une fois au cours des 12 derniers mois sous l'influence d'un médicament pouvant affecter leur aptitude à la conduite d'une voiture. Quels sont les risques auxquels on s'expose ?

Les médicaments suivants peuvent avoir un effet négatif sur la capacité à conduire.

• calmants et sédatifs (benzodiazépines)
• antiépileptiques
• inhibiteurs de la toux contenant de la codéine
• médicaments prescrits en cas de confusion ou de suspicion de psychose
• antidépresseurs
• médicaments contre le rhume des foins et les allergies, contre les démangeaisons ou le mal des transports
• certains analgésiques tels que la morphine, la codéine, le tramadol...
• gouttes pour les yeux

Les effets négatifs possibles sur l’aptitude à la conduite sont variés.

• effet calmant (somnolence, diminution de l’attention...)
• réactivité moindre
• capacité d’évaluation réduite (par exemple agressivité, euphorie, perte du sens du danger)
• troubles de la vision (vision double, vision floue...)
• troubles de la coordination, faiblesse musculaire
• vertiges

À quelle dose, à quel point et pendant combien de temps le médicament réduit-il l’aptitude à conduire ? Cela varie d’un médicament à l’autre et aussi selon la condition physique de la personne, son âge et la maladie pour laquelle elle est soignée. Attention, certains médicaments ont des effets à long terme. Un somnifère ou un sédatif peuvent provoquer une somnolence le lendemain ou même deux jours plus tard.

Le risque d'accident explose


• Un sirop contenant de la codéine peut avoir les mêmes effets sur la conduite qu’un taux d’alcool entre 0,5 et 0,8, soit 2 à 10 fois plus de risque d'accident. C’est la même chose pour les sédatifs. Si vous combinez médicaments et alcool, le risque peut même être de 20 à 200 fois plus élevé. Il est aussi élevé pour les consommateurs occasionnels et les personnes qui commencent tout juste à prendre le médicament que pour les utilisateurs sur une longue durée. Le risque est également plus élevé si on combine différents médicaments.

• Les conducteurs ayant déclaré avoir été sous l'influence de médicaments au moins une fois ont eu beaucoup plus d'accidents que les autres : 10% contre 6% d'accidents avec dommages corporels et 36% contre 27% d'accidents avec dommages matériels.

• Selon une étude française, la prise de médicaments cause chaque année entre 3 et 4% du nombre total d'accidents de la route. Si vous appliquez cela en Belgique, cela signifie entre 1100 et 1500 accidents par an dus aux médicaments.

• Une étude réalisée voici quelques années dans les services d'urgence de quelques hôpitaux a montré que plus de 7% des conducteurs gravement blessés étaient sous l'influence d'une sédatif ou d'un calmant et plus de 3% sous l'influence de la codéine.

Que dit la loi ?


Il n’existe pas de « test de médicament » comme pour les drogues et l’alcool. Toutefois, en Belgique, la conduite « dans un état autre que l'ivresse du fait de l'usage de médicaments » est punie d'une amende variant de 1600 à 16.000 € et d’une interdiction de conduire de 1 mois à 5 ans, voire définitivement.

Si vous êtes traité avec un médicament qui nuit à votre aptitude à conduire, ne prenez pas le volant.

Voir aussi l'article : Voiture : 10 règles d'or si vous prenez des médicaments


publié le : 16/05/2019 , mis à jour le 20/05/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci