Métabolisme lent : que pouvez-vous faire ?

Dernière mise à jour: décembre 2018 | 9260 visites

dossier Le métabolisme correspond aux réactions chimiques qui se produisent dans les cellules. Ce système permet de maintenir l'organisme en vie et de répondre à des besoins ponctuels. En cas de métabolisme lent, le corps brûle moins de calories pour trouver de l'énergie, ce qui risque de mener vers la prise de poids. Quelles en sont les causes et que peut-on faire ?

Le métabolisme est influencé par une série de facteurs et certains d'entre eux peuvent être maîtrisés, et en tout cas corrigés.

Le génétique

123-p-genet-dna-170-12.jpg
Si votre organisme brûle lentement les calories et consomme peu d’énergie au repos, le métabolisme de base (basal) est probablement associé à la génétique. Et il n'est évidemment pas possible de modifier ses gènes.

En revanche, on peut prendre des bonnes habitudes. L’un des meilleurs moyens de booster son métabolisme consiste à bouger davantage : faire du sport, se promener, être le plus actif possible dans la vie quotidienne (prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, marcher une une demi-heure pendant la pause déjeuner…).

Les hormones

Une modification de l’équilibre hormonal, qui entraîne par exemple fatigue ou apathie, peut considérablement freiner le métabolisme et la consommation d’énergie. Les maladies associées aux hormones, comme le diabète ou un mauvais fonctionnement de la thyroïde (trop ou pas assez active), ont également une influence sur le métabolisme. Si vous souffrez de l’une de ces affections, il est donc très important de suivre le traitement à la lettre.

Le sommeil

123-slapen-vr-wekker.jpg
Un bon sommeil aide à stimuler le métabolisme. L'insomnie ou le travail de nuit dérèglent l'horloge biologique et le métabolisme rencontre des difficultés à fonctionner correctement. Un manque de sommeil perturbe principalement l'assimilation des glucides, ce qui peut entraîner un excès de glucose, un ralentissement du métabolisme, avec un risque accru de surpoids, voire de diabète.

Les adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit. Si vous dormez moins, essayez d'aller vous coucher un peu plus tôt. Après une semaine, vous vous sentirez déjà nettement mieux. Si vous travaillez en équipe de nuit, demandez conseil à votre médecin.

Le régime amaigrissant

Attention si vous suivez un régime amaigrissant. En cas de restriction sévère (moins de 1000 kcal par jour), le métabolisme bascule en monde ralenti. Dans le même temps, la masse musculaire diminue, ce qui réduit la dépense calorique. Lors de la reprise d'une alimentation normale, l'organisme reste en mode « épargne » et il stockera, sous forme de graisse, les calories qui ne sont pas essentielles à son fonctionnement. C'est l'effet yo-yo : on a perdu du poids, puis en reprend.

Il faut donc éviter les régimes amaigrissants draconiens, et essayer de perdre du poids progressivement : cette approche demandera un peu plus de temps, mais elle se révélera bien plus bénéfique sur le long terme.

Le sel et l'iode

123m-zout-voeding-19-6.jpg
Si vous remplacez le sel de cuisine classique par un sel plus exotique, assurez-vous que celui-ci fournit suffisamment d'iode. La thyroïde a besoin d’iode pour faire fonctionner le métabolisme d'une manière souple, car il joue un rôle essentiel dans la production de l’hormone thyroïdienne.

Certains aliments sont riches en iode : poisson blanc, œuf, du lait demi-écrémé, poissons gras (saumon, maquereau, hareng...).

L'hydratation

Une bonne hydratation est indispensable au bon fonctionnement du métabolisme. On peut donc dire que l’eau aide l'organisme à brûler des calories. De plus, elle contribue à la satiété, et donc à moins manger. Buvez donc régulièrement de l'eau, et notamment à table.

Les aliments riches en eau : flocon d’avoine, pastèque, fraise, tomate, salade, potiron, concombre...

Le café

Une tasse de café (avec caféine) stimule le métabolisme. à plein régime. Concernant les personnes diabétiques 'effet de la caféine sur la glycémie), les études aboutissent à des résultats contradictoires. On peut toutefois estimer qu'une consommation raisonnable ne présente pas de risque.

Le calcium

Le calcium intervient dans la régulation du métabolisme, et il important d'assurer des apports suffisants : produits laitiers, poisson, brocoli, chou chinois, épinard, abricot...

La température

nb-poes-radiator.jpg
Si le métabolisme pouvait décider, le thermostat dans la maison serait baissé de quelques degrés. À une température ambiante de 24 °C, l’organisme ne produit en effet pas, ou peu, de graisse brune. Or, le tissu adipeux brun ne stocke pas de graisse, à l’inverse du tissu adipeux blanc « normal », et il contient beaucoup de mitochondries (les centrales énergétiques de la cellule) qui transforment les acides gras en chaleur. Ceux qui constitués de plus de graisse brune, ou de graisse brune plus active, sont généralement plus minces.

Le soir avant d'aller dormir, et même le reste de la journée si vous tenez le coup, réglez votre thermostat sur 19 °C, et maintenez dans la chambre la température la plus basse possible. Ne restez pas confiné à l'intérieur quand il fait froid dehors : une bonne balade vivifiante aide aussi.

Les sucres et les graisses

Limiter sa consommation de « mauvais » glucides - les sucres rapides - va inciter l'organisme à brûler davantage de graisse. Ceci étant, le corps a besoin de glucides : privilégiez les fruits, les légumes et les céréales complètes. Parallèlement, évitez les graisses saturées.

L'heure des repas

123m-gezin-eten-2-10.jpg
Il n’y a pas que le contenu de l'assiette qui compte : l'heure et la régularité des repas sont importantes aussi. Sauter au repas ou se laisser aller au grignotage sont néfastes pour le métabolisme. Il faut manger trois repas par jour, à heures régulières et dans le calme.

Le stress

Dans un état de stress, l'organisme fabrique du cortisol, une hormone qui donne un « boost » rapide d’énergie. En cas de stress chronique, la sur-production de cortisol perturbe le métabolisme. Les techniques de gestion du stress peuvent beaucoup. Plus simplement, il faut essayer d'éviter les situations de stress, tout en s'accordant des plages de détente.

Mais encore ?

D’autres facteurs jouent un rôle dans le fonctionnement du métabolisme, dont le sexe, la taille et l’âge.

• Proportionnellement, les hommes présentent généralement plus de masse musculaire et moins de graisse que les femmes, et ils consomment dès lors plus d'énergie.

• Le renouvellement cellulaire des jeunes est plus actif que celui des plus âgés, sachant que ce processus exige plus d’énergie.

• Les personnes de grande taille ont une surface corporelle plus importante à chauffer, ce qui demande plus d’énergie.

• Certains médicaments peuvent ralentir le métabolisme.

Source: Hilde Deweer
publié le : 07/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci