4 idées fausses sur l'incontinence urinaire

Dernière mise à jour: septembre 2018 | 2158 visites
123-vr-wc-toilet-urineincont-diarree-UWI-03-18.jpg

news Il existe beaucoup de malentendus à propos de l’incontinence urinaire.

Par exemple, de nombreuses personnes pensent à tort que l'incontinence est liée au vieillissement, qu'elle ne survient que chez les femmes ou qu'elle est normale après un accouchement.

Voici quatre idées reçues tenaces.

  1. L'incontinence est liée au vieillissement

    Tout d'abord, l'incontinence urinaire survient également à un âge relativement jeune. On estime qu'environ 10% des hommes et 20% des femmes de plus de 40 ans souffrent d'une forme d'incontinence. Mais plus les personnes sont âgées, plus le pourcentage est élevé, tant chez les hommes que chez les femmes. Chez les plus de 75 ans, un homme sur trois souffrirait d’incontinence, et plus de la moitié des femmes.

    L'âge est donc un facteur de risque important d'incontinence. Le vieillissement des voies urinaires, la perte d’élasticité de la vessie, une hypertrophie de la prostate chez les hommes, la faiblesse des muscles du plancher pelvien chez les femmes..., et diverses maladies telles que le diabète, l'insuffisance cardiaque, la maladie de Parkinson, ou un accident vasculaire cérébral..., la prise de certains médicaments, une mobilité réduite..., peuvent favoriser l'incontinence.
  2. L'incontinence est un trouble typiquement féminin

    L’incontinence est fréquente chez les hommes, mais moins que chez les femmes.

    Pourquoi ?

    • Les hommes ont un urètre plus long.

    • Le plancher pelvien est moins fort chez la femme que chez l'homme. Après la ménopause, les symptômes sont souvent plus graves, car les modifications hormonales diminuent la force des tissus autour de la vessie.

    • Après la ménopause, la membrane muqueuse de l'urètre se dessèche, ce qui rend l'urètre plus vulnérable et plus sensible.

    On en conclut généralement que la perte d'urine chez la femme est un phénomène normal avec lequel il faut apprendre à vivre. Mais dans la plupart des cas, un traitement est pourtant possible.
  3. L'incontinence est inévitable après l'accouchement

    La grossesse et l'accouchement sont des facteurs de risque importants d’incontinence chez la femme. Elle se traduit par la perte de petites quantités d'urine lorsque les muscles abdominaux sont contractés, par exemple en appuyant, en toussant, en soulevant, en éternuant, en riant, en faisant de l'exercice ou en faisant l'amour.

    La cause est un mauvais fonctionnement du mécanisme de fermeture de la vessie. Les muscles du plancher pelvien généralement affaiblis sont à la base du problème.

    Environ un tiers à la moitié des femmes souffrent d'une perte non désirée d'urine pendant la grossesse et/ou immédiatement après l'accouchement. Habituellement, cela disparaît spontanément dans les premières semaines après l'accouchement, mais chez certaines femmes, cela prend beaucoup plus de temps. Si l’incontinence ne diminue pas une semaine après l'accouchement ou si vous perdez encore accidentellement de l'urine lors du premier examen postnatal (généralement après environ 6 semaines), vous devriez en discuter avec votre médecin. Pour la prévention et le traitement, la physiothérapie du plancher pelvien est fortement recommandée pour les femmes qui ont récemment accouché.

    L’incontinence urinaire peut également toucher les (jeunes) femmes qui n'ont jamais été enceintes.
  4. La perte de gouttes après avoir uriné est normale

    De nombreux hommes souffrent de pertes accidentelles d'urine après avoir uriné. Bien qu’il ne s’agisse que de quelques gouttes, cela peut tacher les vêtements, sentir et provoquer un sentiment de honte. C'est la forme la plus courante d'incontinence urinaire chez l'homme. Elle est généralement due à une hypertrophie de la prostate, qui pince l'urètre : l'urine s'accumule dans la vessie et ne peut que s’écouler au goutte-à-goutte. Une inflammation de la prostate peut également causer ce problème. Le cancer de la prostate n'entrave généralement pas le flux urinaire.

    Il est également possible, chez les hommes comme chez les femmes, que le mécanisme de fermeture de la vessie ne fonctionne pas correctement.

    Ici aussi, beaucoup de personnes croient à tort que cette forme d'incontinence est un phénomène normal dû au vieillissement, avec lequel ils faut apprendre à vivre. Dans de nombreux cas, cependant, cela peut être résolu ou considérablement réduit.

    • Une astuce simple consiste à passer un doigt plusieurs fois le long de l’urètre vers le bout du pénis.

    • Lorsqu'une hypertrophie de la prostate est en cause, une chirurgie peut être envisagée.

    • Si cette forme d'incontinence est causée par un dysfonctionnement des muscles du plancher pelvien, on tentera de renforcer ces muscles par le biais d'un programme d'exercices adaptés, sous la supervision d'un physiothérapeute spécialisé.


publié le : 04/09/2018 , mis à jour le 03/09/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci