Marche afghane : le sport et la méditation

Dernière mise à jour: juin 2018 | 898 visites
123m-lopen-wandelen-voet-23-1.jpg

conseil La marche afghane est une discipline à la croisée de l’exercice physique et de la méditation, et où la respiration joue un rôle fondamental. Elle tire son nom des chameliers afghans, capables de parcourir de très longues distances dans des conditions extrêmes.

A qui s'adresse-t-elle et comment la pratiquer ?

Quel est le principe ?

Le principe de la marche afghane consiste à calquer les pas sur la respiration : le rythme respiratoire coïncide avec le rythme de la marche. Pour la méthode de base, il s’agit d’inspirer par le nez sur les trois premiers pas, puis de bloquer la respiration, poumons pleins, sur le quatrième. Ensuite, on expire par la bouche sur les trois pas suivants avant de suspendre son souffle, poumons vides, sur le huitième et dernier pas. Et ainsi de suite, toujours sur le même rythme 3-1, 3-1.

Lorsque le rythme de base est bien maîtrisé, on peut allonger les temps d’inspiration, d’expiration et de rétention, pour augmenter la capacité respiratoire. On peut alors passer du rythme 3-1, 3-1 au rythme 4-2, 4-2.

Quels sont les bienfaits ?

La marche afghane favorise une très bonne oxygénation, dynamisante et euphorisante. Le fait de compter les pas et de respirer en rythme favorise une relaxation profonde du corps et de l’esprit. Régénératrice sur le plan mental, la marche afghane est aussi réputée sur le plan physique pour agir favorablement sur le métabolisme, le système cardiovasculaire et le sommeil.

Source: Barbara Simon
publié le : 05/06/2018 , mis à jour le 05/06/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci