Qui devrait prendre régulièrement son pouls ?

Dernière mise à jour: mai 2018 | 964 visites
pijn-pols-carp-tunnel-CT-170_400_02.jpg

conseil La recherche montre que 25 à 35% des patients atteints de fibrillation auriculaire, un trouble du rythme cardiaque, ne présentent aucun symptôme et ils ignorent donc leur état. Le fait de prendre régulièrement son pouls peut fournir un indice.

En cas de fibrillation auriculaire, le pouls est irrégulier et atteint des fréquences beaucoup trop élevées. Le nombre de patients concernés en Belgique par ce trouble est estimé à 150.000, et la maladie touche en particulier les seniors et les personnes âgées. Environ 5 % des personnes âgées de plus de 65 ans en souffrent, et plus de 10 % des personnes de plus de 80 ans.

Un patient sur trois ne ressent rien. Le trouble est alors diagnostiqué trop tard, lorsqu'une complication survient. Sans traitement approprié, la fibrillation augmente le risque d'insuffisance cardiaque et la formation d'un caillot sanguin pouvant provoquer une thrombose ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Ce risque existe surtout chez les personnes âgées et chez les adultes plus jeunes présentant un autre problème cardiovasculaire, de l'hypertension ou du diabète.

Quand devriez-vous mesurer votre fréquence cardiaque ?

A partir de l'âge de 40 ans, il est conseillé de vérifier votre fréquence cardiaque, et en particulier dans les circonstances suivantes.

1° - Vous présentez des symptômes pouvant indiquer une fibrillation auriculaire.

Le cœur bat de manière irrégulière et parfois trop rapidement au repos (plus de 110 battements par minute). Environ une personne sur trois à quatre souffrant de fibrillation auriculaire ne le sent pas. Les symptômes suivants peuvent également se produire.

• Pouls irrégulier : parfois rapide et parfois lent.
• Palpitations avec :

- essoufflement (dyspnée) au repos ou pendant l'exercice
- pression ou douleur dans la poitrine
- vertiges
- malaises, évanouissements
- fatigue inhabituelle

Si vous présentez l’un de ces symptômes, consultez votre médecin pour un examen plus approfondi.

2° - Vous appartenez à un groupe à risque.

Si vous avez un risque accru de fibrillation auriculaire et / ou d'accident vasculaire cérébral, une surveillance régulière de la fréquence cardiaque peut être appropriée.

Les facteurs de risque sont notamment :

• prédisposition héréditaire
• hypertension artérielle
• insuffisance cardiaque
• anomalies de la valve cardiaque
• antécédent d'infarctus du myocarde
• trouble rénal
• diabète
• surpoids, obésité
• antécédent de thrombose ou d'accident vasculaire cérébral

Si vous présentez un ou plusieurs de ces risques, discutez avec votre médecin d’une surveillance (régulière) de votre fréquence cardiaque.

3° - Vous avez plus de 65 ans.

Chez les personnes de plus de 65 ans, il est logique de mesurer régulièrement la fréquence cardiaque, même si vous ne présentez aucun symptôme ou aucun facteur de risque (diabète, hypertension artérielle...).

Il existe des tensiomètres qui mesurent automatiquement la fréquence cardiaque. Si une irrégularité est détectée, d'autres examens sont nécessaires et un électrocardiogramme sera réalisé.

Voir aussi l'article : Comment bien prendre son pouls ?


publié le : 16/05/2018 , mis à jour le 15/05/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci