Foie gras non alcoolique : mangez-vous trop de viande ?

Dernière mise à jour: mai 2018 | 4826 visites
nb-rood-vlees-05-16__.jpg

news La maladie du foie gras (ou stéatose hépatique) non alcoolique est associée aux apports en viande rouge ou transformée : il est important d’en limiter la consommation.

La viande est saine, puisqu’elle fournit des nutriments importants, comme le fer, les protéines et la vitamine B12. Toutefois, il faut veiller à ne pas en manger en excès. Une nouvelle démonstration est fournie par cette équipe israélienne (Tel Aviv Sourasky Medical Center). Elle a évalué par échographie la santé du foie d’un millier de personnes âgées de 40 à 70 ans, qui ont renseigné leur consommation habituelle de viande et la méthode de cuisson la plus fréquente.

Il s’avère que le risque de présenter un foie gras non alcoolique est nettement plus élevé (50%) parmi les plus gros consommateurs de viande, et en particulier de viande rouge et/ou transformée (charcuterie). Cette association est indépendante d’autres facteurs, comme l’indice de masse corporelle (IMC), l’activité physique, le tabac, l’alcool, ainsi que les apports en graisse saturée et en cholestérol.

Concernant la méthode de cuisson, les chercheurs établissent un lien entre le fait de cuire sa viande longtemps à haute température (avec alors la formation d’amines hétérocycliques) et le développement d’une résistance à l’insuline.

Quelles quantités ne faut-il pas dépasser ?

• viande rouge (porc, bœuf, agneau…) et/ou transformée : un ou deux jours par semaine, 150 g à chaque fois
• viande blanche (poulet, dinde…) : un ou deux jours par semaine, 150 g à chaque fois
• poisson : deux ou trois jours par semaine, en alternant poisson gras et maigre, 150 g à chaque fois

Il s’agit de valeurs maximales, bien entendu, et remplacer l’une ou l’autre portion de viande par des légumes (et d’ailleurs prévoir au moins une journée végétarienne par semaine) ne fera pas de tort.

Voir aussi l'article : Foie gras non alcoolique : de quoi s'agit-il ?

Source: Journal of Hepatology (www.journal-of-hepatology.e)
publié le : 17/05/2018 , mis à jour le 16/05/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci