Des rapports sexuels par… l’orifice urinaire

Dernière mise à jour: avril 2018 | 14400 visites
standaard-koppel-bed__.jpg

news Ce couple s’inquiétait de ne pas parvenir à concevoir un bébé. Après examen, les médecins ont constaté que monsieur pénétrait madame par le méat urétral et pas par le vagin.

Il s’agit d’une cause d’infertilité pour le moins étrange. Comme l’explique cette équipe croate (université de Zagreb), les deux partenaires, dans la trentaine, en bonne santé, milieu socio-professionnel élevé, ont consulté un gynécologue après de nombreuses tentatives pour avoir un bébé, sans succès. Madame était vierge lorsqu’elle a rencontré monsieur, qui a connu ses premières expériences sexuelles assez tard (à l’approche de la trentaine). Le spermogramme était normal, sachant que le conjoint présentait un pénis en érection d’une longueur de 10 cm environ. En examinant l’épouse, le spécialiste constate que l’hymen est toujours présent et qu’il est de type cribriforme (percé de multiples petits trous), alors que l’orifice urinaire (méat urétral) est dilaté (3 cm).

Les auteurs de ce compte-rendu expliquent : « Tous les deux pensaient entretenir des rapports sexuels normaux, avec pénétration vaginale », mais ce n’était manifestement pas le cas. « Ils étaient incapables de distinguer un coït vaginal d’un coït urétral ». Madame avait bien ressenti des douleurs et de l’inconfort lors des premiers rapports sexuels, mais ne s’en était pas inquiété outre-mesure. Les médecins ont procédé à une incision de l’hymen, ce qui a permis la pénétration vaginale, et le couple a réussi à concevoir quelques mois plus tard.

Les chercheurs concluent : « Même si ce phénomène est rare, le coït urétral doit être suspecté chez une femme qui consulte pour une infertilité et qui présente un orifice urétral dilaté ».

Source: Archives of Sexual Behavior (https://link.springer.com/j)
publié le : 16/04/2018 , mis à jour le 15/04/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci