Un sperme de qualité = moins de risque de maladie

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 3182 visites
123m-sperm-sex-4-12.jpg

news L’association en étonnera plus d’un : il s’avère que la qualité du sperme, et en particulier des spermatozoïdes, peut être considérée comme un marqueur de l’évolution de l’état de santé.

Comme l’explique le Dr Philippe Tellier (Journal international de médecine), « le sperme présente des points communs avec les autres fluides de l’organisme. Sa composition est liée à une multitude de paramètres et de régulations physiologiques. La teneur en spermatozoïdes dépend de facteurs tout aussi multiples, et ce paramètre aisément mesurable est indéniablement corrélé à l’état biologique de l’individu, voire à son état de santé ». S’agit-il aussi d’un marqueur de la morbidité (risque de maladie) à moyen et à long terme ?

Une équipe danoise (Frederiksberg Hospital) s’est penchée sur la question, avec le suivi de quelque 5000 hommes enrôlés entre 1977 et 2010, et dont la qualité du sperme a été analysée à l’entame. Les chercheurs se sont surtout intéressés aux hospitalisations et à leurs motifs.

Que constate-t-on ?

• Une concentration de spermatozoïdes < 15 millions/ml est associée à une augmentation de 50% du risque d’hospitalisation par rapport à une valeur > 40 millions/ml.

• Une relation similaire a été mise en évidence pour le risque d’hospitalisation spécifiquement en raison d’une maladie cardiovasculaire ou d’un diabète.

• La probabilité d’une hospitalisation est aussi plus élevée en cas de faible mobilité des spermatozoïdes ou d’un nombre total réduit dans l’éjaculat.

• Les concentrations particulièrement élevées de spermatozoïdes (195 à 200 millions/ml) sont associées à une première hospitalisation bien plus tardive, soit 7 ans plus tard (en moyenne) par rapport à une très faible teneur en spermatozoïdes (< 0,5 million/ml).

Le Dr Tellier commente : « En d’autres termes, un sperme de qualité serait un gage sinon de bonne santé à long terme, du moins de morbidité moindre, avec à la clé moins d’hospitalisations notamment pour maladie cardiovasculaire ou pour diabète. La qualité du sperme semble être un puissant biomarqueur de l’état de santé général. Si elle ne semble pas annoncer une longévité hors normes, la moindre morbidité est déjà une bonne nouvelle ».

On ajoutera qu’en cas de faible concentration en spermatozoïdes, il peut être utile d’agir plus énergiquement sur les facteurs de risque classiques de maladie cardiovasculaire et de diabète.

Source: American Journal of Epidemiology (https://academic.oup.com/aj)
publié le : 08/01/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci