Maladie de Dupuytren : risques, symptômes et traitements

Dernière mise à jour: janvier 2018 | 5515 visites
Dupuytren-hand-170.jpg

news La maladie de Dupuytren se caractérise par une rétraction qui limite l'extension des doigts. Elle touche entre 4 et 10% de la population. Sa cause est inconnue, mais on identifie des facteurs de risque. Quels sont les symptômes et les traitements ?

La maladie trouve sans doute une origine génétique (prédisposition), sachant que le diabète et la consommation excessive d’alcool seraient des facteurs favorisants. Les activités professionnelles qui sollicitent énormément les mains joueraient aussi un rôle important.

Les symptômes

Les doigts de la main restent figés dans une position de flexion permanente, comme si la paume de la main se rétractait. L’aponévrose palmaire, la membrane qui protège les muscles, les tendons et les nerfs de la main, s’épaissit et entraîne progressivement l’apparition de nodules durs facilement palpables et de cordes fibreuses, appelées brides. Peu à peu, ces brides se rétractent, provoquant la flexion des doigts, principalement l’annulaire et l’auriculaire. Au début, on parvient à déplier le doigt en modifiant la position du poignet, puis le doigt reste replié en permanence. La maladie n’est pas très douloureuse, mais elle perturbe évidemment beaucoup la prise d’objets et donc le quotidien des personnes touchées.

Les traitements

A un stade précoce, le handicap est traité par aponévrotomie. Cette technique, réalisée à l’hôpital sous anesthésie locale, consiste à sectionner les brides à l’aide d’une fine aiguille pour redonner en quelques minutes une bonne mobilité, sans qu'aucune rééducation ne soit nécessaire.

A un stade avancé, le traitement repose sur une intervention chirurgicale sous anesthésie loco-régionale pour retirer nodules et brides. Une immobilisation, le port d'une attelle et des séances de rééducation sont nécessaires (kiné). Cela peut prendre plusieurs mois.

Source: Barbara Simon
publié le : 23/01/2018 , mis à jour le 22/01/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci