La bardane pour purifier la peau

Dernière mise à jour: octobre 2016 | 3384 visites
123-klit-planten-bloem-10-12.jpg

news La bardane (à ne pas confondre avec la badiane) est une jolie plante ornementale d’environ un mètre de haut qui porte des fruits de couleur rose-violet hérissés de crochets ayant la fâcheuse tendance à s’accrocher aux vêtements et au pelage des animaux. Appartenant à la famille des astéracées, on la retrouve principalement en Asie, mais également en Europe, où elle est présente le long des chemins de campagne, dans les champs et les buissons. Quelles sont ses vertus et quand est-elle contre-indiquée ?

La bardane est surtout connue pour ses vertus antiseptiques et anti-inflammatoires. Elle agit un peu comme de la pénicilline contre les bactéries et permet de détoxifier l’organisme en stimulant les fonctions éliminatrices du foie. Cette plante médicinale est également utilisée pour purifier la peau grasse, la matifier en cas d’acné et l'assainir en cas d’eczéma et même de psoriasis. Elle est aussi appréciée pour ses propriétés diurétiques qui peuvent aider à prévenir les infections urinaires. De récentes études ont même montré que les composés spécifiques qu’elle contient, dont les lignanes, présenteraient un effet inhibiteur dans certains types de cancer.

Comment l'utiliser ?

En Asie, on a pour habitude de consommer les racines fraîches de bardane comme un légume, à la manière des épinards. En Europe, on la trouve essentiellement sous forme de teinture-mère, d’extrait de plante fraîche standardisé (EPS) ou de feuilles et de racines séchées pour infusion. Cette plante s’utilise d’ailleurs en cures, entrecoupées de pauses. On préconise ainsi d’en prendre chaque jour pendant trois semaines, puis de stopper durant une semaine avant de recommencer.

Les précautions

L’usage de la bardane est réservé aux grands adolescents et aux adultes (18 ans et plus). Elle est déconseillée aux personnes souffrant de calculs aux reins ou d’allergie aux plantes de la famille des astéracées (camomille, pissenlit, échinacée, etc), ainsi qu’aux femmes enceintes.

Source: Barbara Simon
publié le : 01/11/2016 , mis à jour le 31/10/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci