Problème d’érection : un traitement très prometteur

Dernière mise à jour: avril 2016 | 14732 visites
standaard-koppel-bed__.jpg

news La greffe de cellules souches dans le pénis pourrait considérablement aider les hommes souffrant d’un trouble sévère de l’érection.

Ces recherches ont concerné des patients qui avaient subi une prostatectomie radicale (ablation totale de la prostate) afin de traiter un cancer prostatique. Cette intervention peut conduire à l’impuissance (il s’agit d’une conséquence fréquente), en raison de lésions aux vaisseaux et aux nerfs intervenant dans le mécanisme érectile. Une équipe française (Centre hospitalier universitaire Henri-Mondor) a réalisé un essai clinique auprès d’une douzaine de patients présentant une dysfonction érectile très sévère, puisque ni les médicaments, ni la pompe à érection n’ont apporté de réelle amélioration après deux ans de tentatives.

Le principe a consisté à greffer des cellules souches dans le pénis. Ces cellules sont présentes dans la moelle osseuse (ici, elles ont été prélevées dans la hanche), elles sont dites indifférenciées, avec la capacité de se transformer en cellules spécialisées. Objectif : réparer les lésions associées à la prostatectomie. Le résultat des tests est pour le moins encourageant, puisque six mois après la greffe, les spécialistes ont pu constater « une amélioration significative » en termes d’érection, de rigidité du pénis, de qualité de l’orgasme, et donc globalement de satisfaction sexuelle.

Le score moyen de la fonction érectile s’est établi à 17,4 / 30 (30 étant le maximum sur cette échelle). Ce n’est pas optimal, mais la progression est considérable, sachant d’ailleurs que quelques messieurs parlent du rétablissement d’érections normales, comme avant la prostatectomie. D’autres essais sont nécessaires pour confirmer le bénéfice de cette approche, réservée dans un premier temps à ces situations particulièrement sévères. Néanmoins, les chercheurs n’excluent pas qu’elle puisse un jour être élargie à des dysfonctions érectiles moins lourdes.

Source: European Urology (www.europeanurology.com)
publié le : 27/04/2016 , mis à jour le 26/04/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci