Réchauffement climatique : quel est le poids de nos e-mails ?

Dernière mise à jour: février 2016 | 7153 visites
123-computer-internet-email-1-18.jpg

news Un e-mail par-ci, un e-mail par-là : a priori, aucune raison de penser que nos messages électroniques nuisent à la planète. Et pourtant…

L’essentiel de nos émissions de dioxyde de carbone (CO2), l’un des principaux gaz à effet de serre, provient de la combustion des énergies fossiles (gaz naturel, charbon, pétrole). On visualise aisément les pots d’échappement, les cheminées d’usine, nos installations de chauffage…, mais toute activité impliquant l’utilisation d’un combustible fossile est inévitablement associée à une émission de CO2. Il en va ainsi des ordinateurs, d’Internet et du courrier électronique. Une petite liste assez impressionnante a été dressée par Futura Sciences.

Un e-mail représente 4 g d’équivalent CO2 (fabrication et fonctionnement des ordinateurs, smartphones, tablettes…, et des serveurs).
• 65 e-mails produisent autant de CO2 qu’une voiture qui parcourt 65 km.
• Un e-mail avec une pièce jointe volumineuse peut atteindre 50 g de CO2.
Un spam non lu « coûte » 0,3 g. L’empreinte globale des spams équivaudrait à trois millions de voitures qui utiliseraient sur une année 7,5 milliards de litres d’essence.
Une recherche sur Internet avec un ordinateur portable dernier cri équivaut à 0,1 g, et 4,5 g s’il s’agit d’un modèle ancien.
• Tous les ordinateurs du monde réunis émettraient 407 mégatonnes de CO2 par an.

Impressionnant, sachant néanmoins qu’on peut agir sur ce plan. Comment ? Par exemple en limitant quand c’est possible le nombre de destinataires d’un e-mail, en sélectionnant bien les pièces jointes et en faisant le tri dans le stockage, ainsi aussi qu’en simplifiant ses recherches sur le Web (étoffer sa liste des favoris…). Cumulées, les petites adaptations peuvent avoir de grands effets…


publié le : 02/02/2016 , mis à jour le 02/02/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci