Mortalité prématurée : la protection du café… et du décaféiné

Dernière mise à jour: janvier 2016
123-koffie-bonen-uitgieten-01-16.jpg

news La consommation quotidienne de café, avec ou sans caféine, protège contre le risque de mortalité prématurée, associée notamment aux maladies cardiovasculaires.

La bonne dose se situe entre trois et cinq tasses, confirme cette étude de très large envergure, puisqu’elle a concerné quelque 120.000 hommes et femmes et qu’elle s'est étalée sur une période de 30 ans. Les comportements alimentaires ont été évalués périodiquement, et les chercheurs (université de Harvard) ont isolé « l’effet café » en tenant compte de paramètres comme l’indice de masse corporelle (IMC), le tabac, l’alcool ou l’activité physique.

Leur conclusion souligne donc qu’une consommation quotidienne modérée à élevée de café est associée à une baisse du risque de mortalité prématurée par maladie cardiovasculaire ou neurologique. Le lien est moins clair avec la mortalité globale par cancer, ce qui ne signifie pas qu’il n’existe pas un effet protecteur contre certains types de cancer. La caféine seule n’explique pas ce bénéfice, puisque le décaféiné joue aussi un rôle favorable : d’autres composants du café interviennent donc, en association, avec probablement une action bénéfique sur les processus inflammatoires, mais ces mécanismes restent encore à élucider.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram