Les poux font de la résistance

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 5419 visites
123-kind-luizen-haar-10-26.jpg

news A force d’être confrontés au même traitement, les poux développent des résistances qui rendent leur élimination de plus en plus difficile.

La situation est particulièrement alarmante aux Etats-Unis, et n’est sans doute pas loin de l’être aussi en Europe. Depuis des lustres, on combat les poux avec des médicaments à base de perméthrine (un pyréthrinoïde). Leur efficacité est indéniable, sauf qu’au fil du temps, en raison d’un phénomène de sélection naturelle, les poux ayant développé une résistance parviennent à proliférer, et à s’imposer. Les mutations – appelées Kdr - sont cumulatives, explique Le Figaro : plus elles sont nombreuses, plus le pou est résistant. Une étude récente montre que les poux ultra-résistants à la perméthrine sont extrêmement présents aux Etats-Unis : dans la moitié des Etats, les poux sont 100% résistants à ce produit, et le constat n’est pas très réjouissant dans le reste du pays.

L’un des auteurs de ces recherches prône des stratégies de mélange des produits pour minimiser le développement des résistances : limiter l’utilisation de la perméthrine pour enrayer la progression des poux mutants et alterner avec d’autres traitements pour éviter le développement de nouvelles résistances. Des substances peuvent se mesurer à la perméthrine, comme la diméticone et le malathion, alors que d’autres compositions ne manquent pas d'intérêt.

Le Centre d’information pharmaco-thérapeutique (CBIP) rappelle qu’à l’heure actuelle, en Belgique, la perméthrine reste un traitement efficace même si des résistances peuvent se développer. Une alternative à l’utilisation de ces produits consiste à peigner systématiquement les cheveux mouillés avec un peigne à poux, en utilisant un démêlant, à raison de deux séances par semaine pendant deux semaines.

Source: American Chemical Society (www.acs.org/content/acs/en.)
publié le : 05/11/2015 , mis à jour le 04/11/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci