AVC : attention au froid et à l’humidité

Dernière mise à jour: mai 2014 | 7849 visites
123-p-scan-hersenen-hoofd-170-4.jpg

news Le risque d’accident vasculaire cérébral augmente sensiblement lorsque les températures chutent ou que le taux d’humidité s’accroît.

Froid vif et forte humidité : ces deux situations doivent inciter à la prudence, singulièrement pour les personnes vulnérables à l’attaque cérébrale. Ceci avait déjà été mis en évidence pour ce qui concerne la menace de crise cardiaque.

Des chercheurs attachés à plusieurs universités américaines ont examiné les dossiers médicaux de quelque 140.000 patients hospitalisés à la suite d’un AVC ischémique (par obstruction artérielle). Ces informations ont été croisées avec des données fournies par le service météo US. Après neutralisation de facteurs comme l’âge, le sexe et les antécédents médicaux, il s’avère que des baisses brutales de température d’un jour à l’autre et des hausses importantes du taux d’humidité sont associées à un risque significativement accru de souffrir d’un AVC.

Les auteurs expliquent cela par le fait que le froid provoque une vasoconstriction (resserrement des vaisseaux sanguins) et une augmentation de la pression artérielle, alors que l’humidité accélère la déperdition de chaleur (accentuant les effets du froid). Il est donc important que les personnes fragilisées, et on pense en particulier aux seniors et aux hypertendus, se montrent vigilantes lors de ces variations météorologiques.

Voir aussi l'article : Crise cardiaque : le froid augmente le risque

Source: American Heart Association (www.heart.org/HEARTORG) et American Stroke Association (www.strokeassociation.org/S)
publié le : 06/05/2014 , mis à jour le 05/05/2014
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci