Angelina Jolie : une occasion manquée ?

Dernière mise à jour: juin 2014 | 4847 visites
123-vr-borstca-bh-roze-dr-rx-bang-170_05.jpg

news L’annonce de la double mastectomie d’Angelina Jolie a fait grand bruit. Mais avec quels effets ?

En mai 2013, l’actrice américaine avait annoncé avoir subi une ablation préventive des deux seins en raison de l’identification de mutations génétiques qui augmentent considérablement le risque de souffrir d’un cancer mammaire (ainsi que des ovaires d’ailleurs). A l’époque, cette information avait suscité un immense intérêt. Mais qu’en reste-t-il ?

Une équipe de l’université du Maryland a interrogé à ce propos quelque 2.500 Américains, hommes et femmes. Le résultat ?

• Trois quarts des personnes interrogées ont entendu parler de la démarche d’Angelina Jolie.
• Quasiment autant (72%) estiment que cette annonce publique était une bonne chose.
• Un répondant sur dix a indiqué spontanément être au courant des risques liés à la mutation génétique qui affecte Angelina Jolie. Après avoir reçu des explications, 57% des femmes affirment qu’elles envisageraient une mastectomie préventive en cas de gène défectueux (les deux gènes concernés s’appellent BRCA1 et BRCA2).
• A peu près 10% peuvent citer les différents facteurs de risque de cancer du sein.

L’un des auteurs de cette enquête considère qu’au-delà de ses répercussions médiatiques, le témoignage d’Angelina Jolie aurait dû être accompagné d’un effort d’information et de sensibilisation plus soutenu. « L’occasion a été manquée », poursuit-il. D’autant que « beaucoup de personnes ont tendance à tout mélanger. Nous avons ainsi constaté qu’une proportion importante considère que l’absence d’antécédents familiaux protège contre le risque de cancer du sein. Ce n’est évidemment pas comme cela que les choses doivent être envisagées ».

> Cliquez ici pour en savoir plus sur les facteurs de risque de cancer du sein.

Source: Genetics in Medicine (www.nature.com/gim/index.ht)
publié le : 12/06/2014 , mis à jour le 11/06/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci