ad

Elèves difficiles : un signal d'alerte

Dernière mise à jour: septembre 2013 | 4879 visites
123-p-school-klas-psy-170-9.jpg

news Les élèves qui entretiennent des relations conflictuelles avec leurs enseignants s’exposent bien plus que les autres à des problèmes de comportement plus tard dans l’existence.

Cette association a été peu étudiée de manière, disons, scientifique. Une équipe de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) a conduit des recherches approfondies auprès d’un groupe de quelque quatre mille élèves du primaire et du secondaire, âgés de 5 à 16 ans. Le suivi a duré trois ans.

Le résultat montre que les enfants qui entretiennent des relations (particulièrement) difficiles avec leurs professeurs sont à haut risque de développer des troubles psychiques de tous ordres, et en particulier des problèmes de comportement. Il faut noter que les chercheurs avaient écarté au préalable ceux qui étaient déjà pris en charge médicalement pour ces raisons.

Un révélateur précoce


Comme l’explique le Dr Alain Cohen (Journal international de médecine), « cette étude confirme que les relations conflictuelles avec les enseignants durant l’enfance ou l’adolescence prédisposent à des troubles psychopathologiques dans l’avenir. On peut imaginer que d’autres études, réalisées sur des durées plus importantes, viendront confirmer que cette mésentente dès l’école constitue un indicateur initial de difficultés prochaines en termes de socialisation et de stabilité psychique, vraisemblablement car elle révèle certains problèmes présents de façon précoce : mauvaise gestion des émotions, non-respect d’un cadre, intolérance aux frustrations… ».

En tout état de cause, les auteurs soulignent la nécessité pour les enseignants et les écoles de développer « des relations apaisées » avec les élèves, en leur apportant le cas échéant le soutien et l'accompagnement nécessaires.

Source: British Journal of Psychiatry (http://bjp.rcpsych.org)
publié le : 04/09/2013 , mis à jour le 03/09/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci