ad

Super bactéries : désarmer Darth Vader

Dernière mise à jour: novembre 2012 | 3339 visites
123-labo-bact-170_11.jpg

news Face à la résistance croissante des bactéries aux antibiotiques, une piste prometteuse est explorée : la technique anti-Darth Vader.

Comme l’explique le Pr Christian Baron, du département de biochimie de l’université de Montréal : « Pour comprendre cette stratégie, on peut imaginer qu’une dangereuse bactérie est comme Darth Vader : le but de notre recherche est le développement de médicaments anti-virulence qui vont lui arracher son armure et son sabre de lumière. Mis à nu, il représenterait une cible facile. Dans la même veine, des bactéries pathogènes sans leurs facteurs de virulence deviendraient inoffensives et seraient éliminées par notre système immunitaire ».

Ces facteurs de virulence sont les éléments qui rendent certaines bactéries néfastes et qui les différencient de la plupart de celles qui colonisent notre organisme (en particulier les intestins), et qui sont à tout le moins inoffensives, et pour beaucoup très utiles.

L'approche Darth Vader s’inscrit dans un contexte inquiétant : la résistance croissante des bactéries aux antibiotiques. Certaines « super bactéries » sont dotées de mécanismes de protection contre la plupart de ces médicaments, voire contre tous. L’idée du Dr Baron a consisté à mettre au point un procédé qui va « détricoter » le maillage moléculaire essentiel au mécanisme d’auto-protection bactérienne (en l’occurrence du genre Brucella).
Ces travaux en sont au stade de la recherche fondamentale, et ils doivent être mis à l’épreuve dans le cadre d’essais cliniques pour en valider l’efficacité. En tout cas, la piste semble prometteuse.

Un article sur le sujet a été publié dans la revue « Chemistry and Biology ».


publié le : 24/11/2012 , mis à jour le 23/11/2012
ad
pub