ad

La voix rauque et l'extinction de voix

Dernière mise à jour: août 2015 | 124633 visites

dossier La voix rauque et l'extinction de voix sont des phénomènes banals dans la plupart des cas. Mais pas toujours : ces symptômes peuvent la conséquence d'une maladie grave, et en particulier le cancer. Il convient donc de se montrer très attentif.

La voix rauque résulte généralement d'une irritation de la sphère ORL, d'une forte sollicitation des cordes vocales ou d’une infection des voies respiratoires.

La voix

dr-oz-keel-170_400_05.jpg
La voix naît de l’ensemble des sons produits par les vibrations des cordes vocales, situées dans le larynx. Les deux cordes vocales vibrent lorsqu'il y a passage d‘air. Ces vibrations s’accompagnent d’un bruit : c’est le son qui sera émis en parlant. La tension des cordes vocales définira le type de son produit.

L'altération de la voix

Une voix rauque ou une extinction de voix surviennent lorsqu’une corde vocale est altérée, lorsqu’elle vibre mal ou plus du tout. Ce peut être le cas suite à une infection ORL, comme une laryngite (inflammation du larynx). Dans ces conditions, parler devient très difficile, et même douloureux. Mettre sa voix - ou plutôt ses cordes vocales - au repos durant un jour ou deux suffit souvent à surmonter le problème.

Les ennemis de la voix

• Une inflammation des voies respiratoires supérieures et/ou des cordes vocales.

• Un tabagisme excessif.

• Une exposition intense à la fumée, à la poussière ou à d’autres substances irritantes pour les voies respiratoires (solvants, peintures...).

• Un stress important et persistant.

• Une mauvaise utilisation, une sollicitation excessive de la voix : crier, parler longuement...

• Une opération sous anesthésie générale avec intubation, un examen avec endoscope.

• Le cancer de la gorge.

Le diagnostic

dr-kijkt-keel-vr-180.jpg
Des examens spécifiques ne sont pas nécessaires si l'extinction de voix est apparue lors d’une infection des voies respiratoires supérieures. L’aphonie disparaîtra d’elle-même lorsque l’infection sera guérie.

Par contre, une aphonie sans cause apparente, surtout si elle affecte une personne de plus de 50 ans, qui plus est fumeuse, et si les symptômes perdurent au-delà de deux à trois semaines, motivera une consultation médicale.

Quels examens ?


Le médecin généraliste recommandera probablement de s'adresser à un ORL. Celui-ci pratiquera d’abord un examen de la gorge à l’aide d’un miroir laryngé. Si cela ne révèle aucune anomalie, le spécialiste proposera un examen fonctionnel de la voix, afin de déterminer si la voix est correctement posée, utilisée sans forcer. Cette problématique concerne en particulier une série de professions, comme les enseignants, les entraîneurs sportifs, les guides touristiques, les maraîchers, les commissaires-priseurs...

Quelle prise en charge ?

En cas de cause fonctionnelle : éliminer le facteur déclenchant ou aggravant, comme une voix mal placée, le tabagisme... Un logopède interviendra dans le premier cas.

En cas de cause inflammatoire : prescription d’antidouleurs et d’anti-inflammatoires. Des gargarismes, des pastilles pour adoucir la gorge mais surtout un repos complet des cordes vocales sont indiqués.

En cas de cause bactérienne : prescription d’antibiotiques.

En cas de tabagisme : les fumeurs en profiteront pour abandonner définitivement la cigarette.

En cas de cancer : le type de traitement dépendra de l’étendue des lésions cancéreuses et du stade auquel la tumeur cancéreuse aura été diagnostiquée. Plus un cancer est diagnostiqué tôt, plus les chances de guérison seront élevées.

En cas de cause psychologique : si l’aphonie est la résultante d’un stress intense et persistant, d’un choc psychologique ou émotionnel, il conviendra de rechercher des thérapies qui permettront de traiter le problème à la base : relaxation, psychothérapie, acupuncture, sophrologie, réflexologie... Un traitement médicamenteux est envisageable : antidépresseurs, anxiolytiques...

La prévention

• Eviter autant que possible de demeurer trop longtemps dans des endroits enfumés ; et, même dans les environnements bruyants, essayer de ne pas forcer la voix.

• Si la gorge gratte, ne pas forcer en se raclant. Préférer des pastilles composées de miel ou d’eucalyptus, un spray ou un sirop qui permettent d’adoucir la gorge. Le thé chaud additionné de miel et de citron est très bénéfique.

• Ne pas fumer.


publié le : 10/10/2013 , mis à jour le 08/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci