Arthrose : causes, symptômes et traitements

Dernière mise à jour: août 2015 | 17694 visites

dossier Les premières lésions anatomiques de l'arthrose se développent généralement entre 25 et 35 ans, sans que la personne n'exprime de plaintes particulières : celles-ci apparaîtront au fur et à mesure que le cartilage s’abîmera.

L’arthrose est la maladie articulaire la plus fréquente, et un motif majeur de consultation chez le généraliste, surtout dans la tranche d'âge des 50-60 ans, sachant que certaines activités professionnelles (maçon, menuisier, facteur, professeur d'éducation physique...) sont plus à risque que d'autres.

De quoi s'agit-il ?

artritis-knie-250.jpg
L’arthrose est une maladie chronique dégénérative du cartilage. Son évolution est variable. Elle s’accompagne d’une lésion des articulations se traduisant par la destruction du cartilage et la production de tissu osseux supplémentaire sous forme d’ostéophytes.

Le cartilage est une matière lisse, résistante et élastique qui recouvre l’extrémité des os formant les articulations. Il joue donc un rôle d’amortisseur. Au cours de l’existence, ce cartilage subit des contraintes, avec une usure normale.

En cas d’arthrose, le cartilage s’abîme jusqu’à disparaître peu à peu, mettant l’os à nu. L’usure initiale n’est pas douloureuse. L’os mis à nu va ensuite frotter contre l’os ou le cartilage adjacent, se fissurer et provoquer des douleurs.

Les articulations les plus touchées

Dans le top 5, on retrouve la main (plus d'un cas sur deux) puis la colonne vertébrale (cou et bas du dos), les genoux, les hanches et les épaules.

Les symptômes

1°- La douleur. Elle est dite de type mécanique, en corrélation avec l’effort ou la répétition de mouvements imposés à l’articulation. Elle diminue ou disparaît au repos. Le matin, et après une période d'immobilité, on parlera de douleurs de « dérouillage » ou « de mise en route ». Les douleurs nocturnes, liées à des atteintes inflammatoires, doivent faire suspecter une destruction rapide des cartilages.

2°- La raideur s'amplifie avec l’évolution de l’arthrose. La douleur et la destruction articulaire vont générer un handicap fonctionnel parfois important, avec boiterie ou un enraidissement (flessum).

3°- L’hydarthrose, c'est-à-dire la production excessive de liquide dans l’articulation. Elle n'est pas systématique. Il s’agit d’un épanchement de liquide produit par la synoviale dans la cavité articulaire (genou, doigt...).

Le diagnostic

artrose-hand-2200_400_11.jpg
Lors de l'examen, le médecin généraliste évalue l'intensité des douleurs à la palpation, les raideurs, ainsi que les déformations articulaires.

Cette anamnèse peut être complétée par une analyse de sang, afin notamment d'écarter certaines pathologies inflammatoires.

Les techniques de radiologie (radiographie, échographie, arthroscopie, IRM, scintigraphie osseuse...) préciseront le degré d'évolution de la maladie (épaisseur du cartilage, cavités sous la surface de l’os mis à nu...).

Quel traitement ?

L’arthrose ne se guérit pas : il faut apprendre à vivre avec la maladie.

Les médicaments disponibles sur délivrance libre ou sur prescription médicale visent d’une part à soulager la douleur et à traiter une éventuelle inflammation, et d’autre part à freiner la perte de cartilage. Ceux-ci interviendront parallèlement aux soins de kinésithérapie.

Pour lutter contre la douleur, le principal traitement médicamenteux repose sur les analgésiques de premier palier, comme le paracétamol. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent être utiles (attention cependant aux effets secondaires), tout comme les infiltrations de corticoïdes.

En phytothérapie, l'harpagophytum (griffe du diable) semble donner de bons résultats à un stade précoce.

La prise de glucosamine en supplément nutritionnel permettrait de ralentir l’évolution de la maladie.

Enfin, la visco-suppléance (injection d'un gel à base d'acide hyaluronique) permet de lubrifier le cartilage (ce recours est essentiellement indiqué dans l'arthrose du genou).

On peut également recourir à l'apport de "cartilage" par voie orale (chondrosulfate, cartilage de raie).

La chirurgie intervient en dernier recours.

A retenir

1. Les personnes souffrant de rhumatisme ne sont pas systématiquement atteintes d’arthrose.

2. Vivre sous un climat ensoleillé et sec ne permet pas de réduire les douleurs liées à l'arthrose. Par contre, il est exact que l’humidité et le froid peuvent les renforcer.

3. La pratique d'une activité sportive n'est pas une garantie contre l'arthrose. Au demeurant, de nombreux (ex) sportifs de haut niveau en souffrent. Ceci étant, la sédentarité doit être considérée comme un facteur de risque, à l'instar du surpoids.


publié le : 23/08/2012 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci