La nausée : un trouble fréquent aux causes multiples

Dernière mise à jour: août 2015 | 319508 visites
Dans cet article
La nausée : un trouble fréquent aux causes multiples

dossier Les nausées et les vomissements constituent un effet secondaire fréquent et parfois invalidant d'un médicament, d’une pilule contraceptive, d'une intervention chirurgicale avec anesthésie ou encore d'une chimiothérapie.

Des causes très diverses

Les nausées et vomissements sans pathologies précises peuvent également être associés à un état de stress important, à des crises d’angoisse, à un burn out ou à une dépression.

vr-braken-ziek-170_400_09.jpg
Nausées et vomissements sont susceptibles d'accompagner divers problème de santé.

Il en va ainsi lors d’un AVC (accident vasculaire cérébral), d'un infarctus, d’une rupture d’anévrisme, d’un traumatisme crânien, d’un état de choc, de problèmes d'hypertension (ou de variations de tension).

Mais aussi lors de crises migraineuses, de règles douloureuses ou de syndrome prémenstruel, d'indigestion, de gastro-entérite, d'une infection virale (la grippe, notamment), d'occlusion intestinale, de contracture des cervicales, de troubles de l'équilibre ou de la vue, de pathologies hépatiques (calculs à la vésicule biliaire par ex.), rénales et digestives (ulcères, gastrites, oesophagites, hernie hiatale, pancréatite, etc.) ou en cas de fièvre.

Et c'est sans parler des cas d'intolérance, d'allergie ou d'intoxication alimentaires. Ou encore de troubles hormonaux et/ou de début de grossesse.

Les causes fonctionnelles et non-fonctionnelles de la nausée sont donc multiples.

Un symptôme plutôt qu'une maladie

Le terme de nausée vient du grec Navreia, qui signifie sensation de mal-être et d’inconfort annonçant l’approche de vomissements. Cet état est souvent accompagné de contractions de l’estomac avec éventuellement un rejet des aliments dans l’œsophage ou de régurgitations.

On ne considère généralement pas les nausées, ou les vomissements qui en découlent parfois, comme une affection en soi mais bien comme un symptôme.

Les nausées sont souvent associées à d’autres manifestations comme des sueurs froides, une accélération du rythme cardiaque, des maux de tête, des vertiges, une transpiration excessive, des frissons, des contractions des muscles pelviens et abdominaux, une sensation de faiblesse, une perte d’appétit, une sensibilité exacerbée aux odeurs avec parfois un malaise vagal et/ou un évanouissement, un dégoût pour certains aliments, etc.

Si les nausées sont suivies de vomissements, il ne faut pas les réfréner, surtout en cas d’intoxication alimentaire.

Les facteurs de risque négligés

Quand on évoque les nausées, il est fréquent de négliger certains facteurs de risque.

Il en va ainsi d'une exposition prolongée au soleil, lors des règles (syndrome prémenstruel), ainsi qu'en présence d'odeurs fortes (essences, parfums capiteux, bougies, désodorisants...)

L’inhalation ou le contact avec la peau de certaines substances toxiques comme des gaz mais aussi des solvants, des laques capillaires, des peintures, des décapants, des détachants ou certains produits de bricolage, de nettoyage ou encore des colles et vernis, peuvent donner de fortes nausées, voire des vomissements, accompagnés parfois de migraines ou d'intoxications. Une hospitalisation peut être nécessaire.

Des fumées ou des aliments calcinés peuvent également entraîner des nausées. Attention lors des barbecues !

Il ne faut pas négliger l'effet potentiel des cosmétiques comme, par exemple, les odeurs des dissolvants, vernis à ongles, parfums et autres senteurs comme les perles de linge/de bain, les eaux de linge, les produits capillaires, les colorations capillaires.

En ce qui concerne les médicaments, certains sprays chauffants ou gels anti-inflammatoires peuvent dégager un parfum tellement puissant qu'ils en donnent la nausée. Les cocktails médicamenteux sont parfois détonants.

Citons encore le décalage horaire et les longs vols, l'excès d'aliments riches en graisses et en sucres et la fameuse gueule de bois... Et, pour terminer, bien entendu, le mal des transports.

Quelles solutions ?

Demandez conseil à votre pharmacien, en mentionnant tous les médicaments que vous prenez régulièrement et/ou que vous avez pris. Il pourra vous recommander un anti-vomitif sous forme de comprimé ou de sirop ou vous renvoyer chez un médecin pour rectifier, si nécessaire et si possible, vos prescriptions.

Au rayon des remèdes de grand-mère, un peu de menthe sur un sucre peut aider. De même que de grandes bouffées d'air frais ou encore des linges mouillés à l'eau froide appliqués sur le front, les tempes ou l'intérieur des poignets.

Si vous pensez que les nausées sont dues à un début de grossesse, ne prenez surtout plus aucun médicament.


publié le : 05/04/2012 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci