ad

Hypertension : la nuit porte conseil

Dernière mise à jour: mai 2012 | 8207 visites
rr-meten-hand-170_400_04.jpg

news La pression artérielle nocturne pourrait être le meilleur indicateur de morbidité et de mortalité cardiovasculaires, confirment des chercheurs espagnols.

Ainsi que l’explique le Dr Olivier Meillard, pour le « Journal international de médecine » (JIM), « cette équipe a tenté de déterminer laquelle de la baisse thérapeutique de la pression artérielle (PA), nocturne ou diurne, est la plus efficace pour réduire le risque cardiovasculaire ».

Dans cette perspective, ces médecins ont suivi, durant environ six ans, quelque 3.300 sujets (hommes et femmes confondus), âgés en moyenne de 52 ans. Le panel incluait tout autant des normo-tendus que des hypertendus (bien traités, insuffisamment traités ou non traités). La méthodologie et les résultats sont détaillés dans le « Journal of the American College of Cardiology ».

Les patients hypertendus, poursuit le Dr Meillard, ont été répartis en deux groupes : soit ils prenaient leurs médicaments antihypertenseurs au réveil, soit au moins l’un d’entre eux au coucher. La pression artérielle était mesurée par MAPA (monitoring ambulatoire de la pression artérielle) pendant quarante-huit heures à l’entrée de l’étude, puis annuellement ou trimestriellement en cas d’adaptation nécessaire du traitement.

« Après ajustement, il est apparu que la PA nocturne était un marqueur prédictif indépendant d’événements cardiovasculaires contrairement à la PA enregistrée dans la journée », indique le Dr Olivier Meillard.

A titre de référence, « les auteurs ont calculé que toute baisse de la pression artérielle systolique nocturne de 5 mm Hg était associée à une baisse de 17% du risque cardiovasculaire, et ce indépendamment des autres modifications tensionnelles observées ».

De fait, « ce travail suggère que la PA nocturne pourrait être le meilleur marqueur tensionnel de morbidité et de mortalité cardiovasculaires. Il suggère également que la baisse de la PA nocturne pourrait devenir l’un des objectifs clés de tout traitement antihypertenseur ».

Enfin, « les auteurs recommandent une utilisation plus large de la MAPA en routine quotidienne ».


publié le : 07/03/2012 , mis à jour le 07/05/2012
ad
pub