Les régurgitations du nourrisson

Dernière mise à jour: août 2015 | 14137 visites

dossier Les régurgitations des nouveau-nés constituent une réelle source d’inquiétude pour les parents. D'ailleurs, elles motivent 40% des consultations en pédiatrie. Heureusement, dans la plupart des cas, il ne s'agit pas d'un problème grave.

Il ne faut pas confondre les régurgitations et les vomissements.

Les régurgitations sont des rejets passifs, des remontées de lait (accentuées lorsque des mouvements brusques sont imposés au bébé).

Il convient aussi de distinguer les régurgitations du mérycisme (retour des aliments dans la bouche où ils sont à nouveau mastiqués).

Faut-il s'inquiéter ?

Dans la grande majorité des cas, Les régurgitations du nourrisson disparaissent spontanément au fil du temps.

Liées à un processus de reflux, de rejet du lait, elles représentent le second motif le plus fréquent de consultations pédiatriques du nourrisson.

Il est important néanmoins de ne pas banaliser les régurgitations, qui peuvent, même si cela est rare, entraîner des complications ou traduire un trouble sous-jacent ; en particulier un "vrai" reflux gastro-oesophagien (RGO), à caractère pathologique.

Si les reflux s'intensifient et/ou si l'enfant présente de la fièvre, une perte d'appétit, un ventre dur, une constipation persistante ou au contraire des épisodes diarrhéiques, une consultation médicale est évidemment nécessaire.

Pourquoi le nourrisson régurgite-t-il ?

Tout simplement parce que son estomac ne suit par le rythme, et qu'il rejette du lait non digéré.

Un sphincter (une sorte de valve) situé à la jonction de l’œsophage et de l’estomac, permet de prévenir la remontée des aliments. Ce sphincter est immature chez le bébé et ne remplit dès lors pas sa fonction de manière entièrement satisfaisante. Avec le temps, tout rentre dans l'ordre, et les régurgitations disparaissent (lorsque l'enfant commence à marcher, pour donner un point de repère). Les régurgitations bénignes ne s'accompagnent d'aucune incidence sur la courbe de poids, la croissance ou l’état général du nourrisson, et n'ont pas d'influence sur les tétées ou l'appétit.

En ce qui concerne les vomissements brutaux et par jets importants, ils appellent un avis médical rapide, puisqu'ils peuvent être liés à une pathologie sévère : hernie hiatale, plicature gastrique (l’estomac se retourne en partie sur lui-même suite à une distension colique), invagination intestinale, péritonite, appendicite, étranglement herniaire, maladie rénale...

Les conseils pratiques

Les régurgitations bénignes seront avant tout traitées par des mesures diététiques, après avis du pédiatre.

1°- Donner du lait épaissi : ces laits anti-reflux contiennent de l’amidon qui leur donne davantage de densité. Pour contrer les risques de constipation, préférez les laits adaptés (demandez conseil au pharmacien).

2°- Retarder autant que possible les jus de fruits, les panades et les céréales.

3°- Eviter de trop incliner le bébé quand il s'alimente. Après le repas, le maintenir droit dans les bras en évitant de le remuer. Conserver cette position jusqu'à ce qu'il fasse son rot.

4°- S'assurer du débit correct de la tétine, surtout en cas de lait épaissi.

5°- Prévenir la formation de grumeaux dans le biberon, en mélangeant de manière homogène le liquide et la poudre de lait.

6°- Examiner l'hypothèse d’une allergie au lait, au gluten ou d’une intolérance au lactose.

7°- Le pédiatre peut recommander un pansement gastrique.



publié le : 17/11/2011 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci