Le surpoids de la maman complique la grossesse

Dernière mise à jour: février 2016

news Les femmes enceintes souffrant d’obésité présentent une probabilité nettement plus élevée de connaître une grossesse prolongée, de subir un déclenchement artificiel du travail et d’accoucher par césarienne.

Des chercheurs britanniques (universités de Liverpool et de Warwick) ont examiné les dossiers obstétricaux de quelque 30.000 femmes ayant donné naissance entre 2004 et 2008. Parmi elles, 3.076 mères ont subi un déclenchement provoqué du travail en raison d’une grossesse prolongée (41 semaines). L’analyse des données globales montre une tendance à une grossesse plus longue au fur et à mesure que l’IMC (indice de masse corporelle) mesuré en début de grossesse augmente.

Ainsi, la durée de la grossesse est prolongée de 30% chez les femmes obèses (jusqu’à 40% en cas d’obésité morbide), par rapport à celles présentant un poids normal. Pour dire les choses autrement, les femmes en surpoids s’exposent à un risque 50% plus élevé de connaître une grossesse prolongée. En considérant le groupe des déclenchements provoqués, il apparaît que les dames avec un IMC plus élevé sont davantage susceptibles de subir une césarienne, surtout s’il s’agit de leur premier enfant.

Il est à noter que cette étude ne met pas en évidence de lien entre l’IMC et les complications périnatales. En tout état de cause, les auteurs recommandent aux femmes en surpoids qui envisagent une grossesse d’essayer d’abord de perdre du poids. Rappelons que l’obésité est liée à d’autres soucis durant la grossesse, comme par exemple une plus forte propension au diabète gestationnel.

Source: British Journal of Obstetrics and Gynaecology (www.sciencedirect.com/scien)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.