Mieux détecter le cancer de la prostate

Dernière mise à jour: mars 2011 | 16799 visites
psa-bloed-170_01.jpg

news Le dépistage du cancer de la prostate repose, en particulier, sur le dosage du PSA, un marqueur tumoral spécifique. Toutefois, ce test, certes très utile, manque de fiabilité absolue, dans la mesure où le taux de PSA peut sensiblement varier d’un homme à l’autre, pour des raisons individuelles qui ne sont pas directement liées à un cancer, et ainsi compromettre l’efficacité du test.

Une équipe de généticiens islandais, attachée à la société deCode Genetics (Reykjavik), annonce avoir développé une méthode qui permet d’affiner considérablement la pertinence du dosage du PSA, en personnalisant la technique. Cette approche nouvelle pourrait permettre d’identifier des cancers non diagnostiqués par le test actuel, ou d’éviter des biopsies inutiles. Les chercheurs ont en fait exploré le génome, avant d’en isoler des séquences (baptisées SNP), qui expriment un lien direct et individualisé avec le PSA. Pour aboutir à ce résultat, ils ont croisé des analyses réalisées auprès de plusieurs milliers de participants, résidant en Islande et en Grande-Bretagne. L’intérêt de ces travaux réside évidemment dans la perspective de la mise au point d’un test qui combine PSA et SNP, en intégrant la génétique dans l’examen classique, qui devient alors considérablement plus performant par une extrême personnalisation des résultats.


publié le : 12/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci