Asthme : comment se fait le dépistage ?

Dernière mise à jour: juin 2022
Dans cet article
Asthme : comment se fait le dépistage ?

dossier

Le diagnostic de l'asthme se fait principalement sur la base des symptômes et de questions ciblées posées par le médecin. Ce dernier procède ensuite à une batterie de tests destinés à confirmer les problèmes respiratoires. 

Asthme : les différents tests

123m-vr-ademtest-long-astma-02-17.jpg
Le test respiratoire ou spirométrie est le principal : il permet de mesurer la constriction ou l’obstruction des voies respiratoires. Si le rétrécissement disparaît ou s’atténue fortement quand le patient a inhalé un produit bronchodilatateur, il souffre probablement d’asthme. On a également recours à la spirométrie pour évaluer la gravité de l’obstruction des voies respiratoires et contrôler l’effet du traitement. 

Si on ne constate aucune constriction mais que le patient présente tous les autres symptômes de l’asthme, le médecin va procéder à ce qu’on appelle un test de provocation bronchique pour tester l’hyper réactivité des voies respiratoires. 

Aujourd'hui, la présence d'une inflammation des voies respiratoires est généralement vérifiée par la mesure de l’air expiré ou par l'analyse des cellules du mucus. 

Voir aussi l'article : Asthme : les symptômes d'alerte

Un test supplémentaire si on soupçonne une allergie

Si le médecin soupçonne une allergie, il procédera en outre à un test afin de détecter la cause exacte de l’allergie.

Il est possible et souhaitable de détecter rapidement une allergie. Ce type d’affection reste l’objet de malentendus, dans le chef des parents, des médecins généralistes et des spécialistes : les allergies évoluent avec l’âge de l’enfant et si les symptômes persistent, il faut les évaluer une fois par an. Un test négatif peut très bien devenir positif plus tard. Une allergie n’est pas une donnée permanente, contrairement au groupe sanguin. 

Quand les parents doivent-ils envisager un test d’allergie ?

Il est souvent très difficile de dépister l’asthme infantile car les symptômes ne sont pas toujours clairs. On ne peut pas non plus procéder à un test pulmonaire chez les enfants de moins de cinq ans. Quand un enfant souffre de symptômes qui traînent en longueur et peuvent provenir d’une allergie, comme un rhume chronique, une toux chronique, des sifflements respiratoires, de l’eczéma et une perte de poids consécutive à de la diarrhée, il vaut mieux demander un test d’allergie. Il n’y a pas d’âge minimum pour ce type de test.

Voir aussi l'article : Rhinite allergique : attention à l'asthme

Sources :
www.astma-en-allergiekoepel.be
www.spirometrie.be
www.ginasthma.com
www.uza.be

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram