Les roux résistent-ils mieux à la douleur ?

Dernière mise à jour: juin 2021
123_rost_duim_goed_2021.jpg

news On dit à peu près tout et n’importe quoi sur les roux : ils sont plus sensibles à la chaleur et au froid, ils ont plus souvent mal aux dents, ils ont besoin d’une dose plus élevée d'anesthésique lors d’une opération… Une étude américaine a vérifié l’une de ces affirmations : les personnes aux cheveux roux auraient un seuil de douleur plus élevé. Alors ?

Ce qui ne fait pas débat, c'est le fait que les roux ne bronzent généralement pas lors d'une exposition au soleil. Ceci est dû à une anomalie des cellules de leur peau, qui synthétise peu la mélanine. La peau des personnes non rousses passe de la production de pigment de mélanine jaune - rouge à la production de pigment de mélanine brun - noir. Les personnes aux cheveux roux ont une peau qui ne passe pas au brun - noir après une exposition au soleil.

Quel lien entre le bronzage et la douleur ?

Ceci peut paraître étrange, mais le fait de bronzer facilement ou non serait étroitement lié au degré de sensibilité à la douleur. Une équipe américaine (Massachusetts General Hospital) a mis ce phénomène en évidence en étudiant des souris à poils roux. Tout comme chez les personnes rousses, le récepteur de la mélanocortine 1 (qui détermine la couleur de la peau) fonctionne différemment chez ces souris. Elles semblent également présenter un seuil de douleur plus élevé et les chercheurs ont recherché un lien possible entre les deux.

Le mécanisme biologique est assez complexe. Le fonctionnement différent des récepteurs de la mélanocortine 1 affecte l'équilibre entre une hormone qui sensibilise à la douleur et une autre qui bloque la douleur, et l’action des deux hormones semble s'annuler. Mais comme le corps produit des facteurs supplémentaires qui bloquent la douleur, la balance pour les roux penche dans cette direction. C'est pourquoi les souris rousses sont moins sensibles à la douleur.

Des nouvelles stratégies de traitement

Bien sûr, en l’état, ces résultats ne peuvent pas s’appliquer tels quels à l’être humain, mais ils fournissent une base scientifique à des observations antérieures selon lesquelles différents degrés de pigmentation de la peau étaient associés à différents seuils de douleur. Les spécialistes espèrent que ces résultats pourront conduire à de nouvelles stratégies pour lutter contre la douleur, en particulier au développement de médicaments.

Source: Andy Furniere - journaliste santé / Science Advances (https://advances.sciencemag)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.