ad

Les bébés chimpanzés parlent-ils un peu « humain » ?

Dernière mise à jour: janvier 2021 | 1939 visites
123m-chimpansee-dieren-16-1-21.jpg

news Alors qu’ils pourraient sembler totalement différents, les langages des bébés humains et chimpanzés partagent des points communs qui font penser à une racine lointaine.

Les bébés humains produisent deux grands types de sons. D’un côté, les sons dits « rigides », associés à des émotions soit négatives (pleurs…), soit positives (rires…). De l’autre, des sons qualifiés de « flexibles », qui ne sont pas systématiquement liés à une émotion spécifique : ainsi, un même gémissement peut être produit quand le bébé est heureux ou triste.

Des bases partagées avec nos cousins

Ces vocalisations flexibles sont particulièrement importantes car elles permettent qu’un même son modulé différemment exprime un besoin distinct, compris par la personne qui écoute, la maman en particulier. Cette flexibilité constitue la base des phrases que nous construirons plus tard dans l’existence et dont le sens change selon l’intonation. Un exemple. On peut prononcer « Cette fois, l’avion décolle » sur des tons différents, qui traduisent le soulagement, la joie, la peur, l’impatience… La flexibilité est donc indispensable au langage humain, et elle apparaît avant que l’on soit capable ne fût-ce que de comprendre les mots.

Bien des spécialistes pensaient que seuls les bébés humains produisaient des sons flexibles, et que les autres espèces se limitaient aux sons rigides. A l’encontre de cette théorie, une équipe française (université Clermont Auvergne) démontre que la flexibilité est partagée par les chimpanzés. Les primatologues ont enregistrés les cris des bébés chimpanzés dans leur environnement naturel, et ils ont identifié les gémissements et les grognements.

L’analyse montre que les gémissements sont presque exclusivement produits quand le bébé chimpanzé ressent des émotions négatives, ce qui donne à penser qu’il s’agit d’un son rigide. Par contre, les grognements peuvent traduire des émotions diverses (positives, négatives ou neutres), ce qui indique une flexibilité. Sciences et Avenir souligne : « Si les chimpanzés produisent aussi des vocalisations flexibles, cela veut dire qu’ils disposent des ingrédients pour un langage flexible comme le nôtre ». En fait, cette étude tend à démontrer que notre langage complexe a évolué sur des bases partagées avec nos cousins.

Voir aussi l'article : Vidéo - Comprendre puis parler : comment les bébés apprennent-ils une langue ?

Source: Journal of Language Evolution (https://academic.oup.com/jo) via Sciences et Avenir (www.sciencesetavenir.fr)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub