ad

Dysfonction érectile : et vous, savez-vous de quoi on parle ?

Dernière mise à jour: novembre 2020 | 4031 visites
123m-koppel-bed-psy-23-10-20.jpg

news Une enquête indique qu’une majorité d’Européens ne sait pas précisément à quoi correspond la dysfonction érectile, un trouble pourtant fréquent et qu’il est possible de traiter.

Définition de la dysfonction érectile : l’incapacité pour un homme à obtenir ou à maintenir une érection suffisamment ferme pour des rapports sexuels. La sévérité du trouble est variable d’un individu à l’autre, et s’il peut survenir à n’importe quel âge, il est néanmoins bien plus fréquent au-delà de la cinquantaine. On estime ainsi qu’il concerne un homme sur trois après 50 ans et un sur deux après 70 ans.

Les femmes mieux informées que les hommes

A l’initiative de l’Association européenne d’urologie, une enquête a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif des hommes et des femmes âgés de 20 à 70 ans. Premier constat : la majorité (51%) des répondants ne savent pas précisément ce qu’est la dysfonction érectile, soit en donnant une réponse incorrecte (34%), soit en ignorant totalement de quoi il s’agit (17%). C'est un résultat global : des disparités sont constatées en fonction des pays. Les hommes célibataires sont les moins bien informés, alors que les femmes ont une meilleure connaissance du sujet que les hommes.

Un autre élément étonnant porte sur la réaction en cas de trouble érectile. On apprend ainsi qu’au sein des couples concernés, un quart d’entre eux n’échangent pas sur le sujet, alors que la dysfonction érectile peut avoir des conséquences sérieuses sur la qualité relationnelle. Et par embarras ou par méconnaissance, la moitié des hommes affectés ne consultent pas pour obtenir une aide, alors que des traitements efficaces existent.

Ce manque de communication et cette ignorance des options thérapeutiques sont deux paramètres sur lesquels insistent les coordinateurs de cette étude. Ils en appellent aux intéressés afin de les inciter à dialoguer avec leur partenaire et avec leur médecin généraliste ; et aux praticiens, qui ne devraient pas hésiter à évoquer le sujet au détour d’une consultation, et a fortiori en cas de suspicion.

Voir aussi l'article : Troubles de l’érection : des conséquences même au travail

Source: European Association of Urology (https://uroweb.org)
publié le : 16/11/2020 , mis à jour le 15/11/2020
ad
pub