ad

Tennis elbow : causes, symptômes, traitements

Dernière mise à jour: juillet 2020 | 2670 visites
pijn-arm-tenniselleb-170_400_08.jpg

news Le tennis elbow est une forme de tendinite du muscle qui relie l'avant-bras au coude. Elle est assez fréquente chez les joueurs de tennis, ce qui explique son nom. Que faut-il savoir sur les causes, les symptômes et les traitements ?

On parle aussi d'épicondylite latérale du coude. Elle est provoquée par des mouvements répétitifs, ce qui peut causer une inflammation chronique des tendons des muscles qui viennent s’insérer dans le coude.

Quels symptômes ?


• douleur lancinante juste en dessous de la bosse du coude (= la fixation du tendon à l'os)

• perte de force dans l'avant-bras et la main : difficulté à ouvrir une bouteille, à tourner une clé, à serrer la main, à saisir des objets...

• sensation de lourdeur du bras

• raideur le matin, difficulté à étirer le bras

• parfois picotements ou insensibilité dans la main

Quels traitements ?


La phase initiale

Au début, la tendinite se manifeste par un léger inconfort, souvent confondu avec de la raideur, et on n'y prête pas vraiment attention. La zone est sensible au toucher, mais cela va mieux après un peu de repos. Les symptômes vont et viennent. Or, à ce stade, il est très important de faire attention pour éviter l'évolution vers une inflammation chronique.

Reposez votre bras.

• Evaluez les mouvements que vous effectuez fréquemment avec le bras : existe-t-il une possibilité d'ajustement pour que le tendon soit moins sollicité ?

• Etirez le muscle : en allongeant le muscle, il tirera moins fort sur le tendon.

• Le froid (glace) ou la chaleur peuvent soulager la douleur, mais ne favoriseront ni n'entraveront le processus de récupération. La glace est utile après un gros effort pour limiter le processus inflammatoire.

• Sangle ou attelle : veillez à la porter correctement, sinon cela ne sert à rien.

• Les antidouleurs soulagent mais ils n'ont aucun effet sur le processus de récupération. Il n'est donc pas conseillé d’en prendre pour continuer à travailler, vous ne feriez qu'aggraver la blessure sans la ressentir.

• Les anti-inflammatoires sont utiles en cas de surcharge soudaine après un effort important. Cependant, il ne faut pas les prendre sur le long terme (inefficacité et effets secondaires).

La phase chronique

Par la suite, la douleur survient plus fréquemment, dure un peu plus longtemps et disparaît plus lentement. Ensuite, elle devient persistante et ne disparaît plus. On parle d’inflammation chronique. Généralement, elle se manifeste aussi par une perte de force, une raideur matinale, une sensation de lourdeur dans le bras, des picotements et une insensibilité... De plus, les groupes musculaires autour du coude (même jusqu'à l'épaule et le cou) deviennent douloureux car davantage sollicités par des mouvements inhabituels (compensation).

• Les mêmes conseils que pour la phase initiale s'appliquent ici, mais une atteinte chronique guérit rarement d'elle-même.

• La kinésithérapie est utile pour traiter le muscle manuellement. Le kiné enseignera certains exercices à faire à la maison et il fournira des conseils pour éviter que la situation empire encore.

• L'injection de cortisone, un anti-inflammatoire, réduit rapidement la douleur, mais elle ne s'attaque pas au problème de fond, et une administration trop fréquente peut aggraver la situation.

• Très utilisé par le passé, le plâtre n'est plus à l'ordre du jour.

• Le traitement par ultrasons peut aider, en association avec la kinésithérapie. Le tissu tendineux est stimulé par des ondes de haute énergie afin d'améliorer la circulation sanguine (limitée dans un tendon) et d'amorcer le processus de récupération.

• Si tous les traitements ont échoué, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.

Voir aussi l'article : Tendinite : causes, symptômes, traitements


publié le : 28/07/2020 , mis à jour le 27/07/2020
ad
pub