ad

Ménopause, traitement hormonal (THS) et cancer du sein

Dernière mise à jour: décembre 2019 | 10487 visites
123m-dokter-vr-30-10-19.jpg

news Une récente étude confirme que le traitement hormonal de substitution (THS), administré lors de la ménopause, augmente le risque de cancer du sein. Faut-il pour autant le bannir ?

Cette relation est connue de longue date, mais l’influence du type de traitement et de sa durée n’est pas claire. Une méta-analyse publiée récemment tente de répondre à ces questions. Comme l’explique le Centre belge d’information pharmaco-thérapeutique (CBIP), cette étude montre que mis à part les œstrogènes administrés par voie vaginale, tous les traitements hormonaux de substitution utilisés pendant plus d’un an augmentent « légèrement » le risque de cancer du sein invasif. Le risque croît avec la durée du traitement, et il persiste plus de dix ans après son arrêt. Que peut-on en déduire ?

• Le CBIP est d’avis que le THS peut avoir une place comme traitement à court terme (< 1 an) des troubles gênants de la ménopause. Cette décision doit être prise en concertation avec la patiente, alors que la nécessité de poursuivre le traitement doit être évaluée régulièrement.

• Si l’atrophie des muqueuses est la seule raison du traitement, un gel lubrifiant est généralement suffisant. Si ce n’est pas le cas, l’estriol par voie vaginale est une alternative sûre.

• Si le THS est envisagé sur une longue période (> 1 an, et certainement > 5 ans), notamment en prévention de l’ostéoporose, le rapport risque - bénéfice doit être discuté avec la patiente, qui sera clairement informée du risque de cancer du sein (et de thromboembolie).

Voir aussi l'article : Bouffées de chaleur : comment les soulager sans médicament ?

Source: CBIP (www.cbip.be/fr/start)
publié le : 05/12/2019 , mis à jour le 04/12/2019
ad
pub