Avoir un chien : une assurance santé pour le coeur

Dernière mise à jour: novembre 2019 | 5813 visites
123m-dieren-hond-28-10-19.jpg

news La compagnie d’un chien est associée à des comportements plus sains sur le plan cardiovasculaire.

En fait, ces travaux en confirment d’autres, ce qui est toujours intéressant à relever. Une équipe américaine (Mayo Clinic) a examiné des données concernant quelque 1800 adultes (25 à 64 ans, autant d’hommes que de femmes), participant à un suivi qui a démarré en 2013 et qui devrait s’achever en 2030. Ici, les chercheurs se sont intéressés aux différences de comportements de santé entre ceux qui possèdent un chien et ceux qui n’en ont pas. Il est évident qu’il faut lire ces résultats de manière globale, et qu’ils sont inévitablement sujets à des variations individuelles.

Globalement donc, il s’avère que les détenteurs d’un chien affichent de meilleurs scores en termes d’abord et avant tout d’activité physique (la promenade et les jeux avec l’animal y contribuent beaucoup), puis dans une moindre mesure d’alimentation et de tabagisme ; ce qui aboutit à un score de risque cardiovasculaire plus favorable, et ceci après prise en compte d’une série de variables (âge, sexe, statut socio-économique…).

Ajoutons deux éléments. Score plus favorable ne signifie pas score idéal, et la seule présence d’un chien ne garantit évidemment pas un faible degré de risque cardiovasculaire. Par ailleurs, et ce point est important aussi, le chien (ainsi d'ailleurs que d'autres animaux de compagnie) exerce une influence positive sur la santé mentale, notamment l’anxiété, la dépression et le sentiment d’isolement. Or, on sait qu’il existe une connexion entre la santé mentale et physique, singulièrement cardiovasculaire.

Voir aussi l'article : Exercice physique : un chien fait une grande différence

Source: Mayo Clinic Proceedings : Innovations, Quality & Outcomes (https://www.journals.elsevi)
publié le : 29/11/2019 , mis à jour le 28/11/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci