Allongement du pénis : souvent inutile, parfois dangereux

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 7466 visites
123-p-m-prostaat-genit-penis-170-7.jpg

news Les techniques chirurgicales et non chirurgicales destinées à allonger ou à élargir le pénis donnent des résultats assez médiocres, alors que le risque de complications est bien réel.

Les publicités vantant les méthodes « révolutionnaires » d’allongement du pénis fleurissent sur Internet. Et les candidats sont nombreux. Une équipe britannique (King’s College London) a entrepris d’analyser les études réalisées sur le sujet. Les chercheurs en ont retenu une vingtaine, regroupant au total quelque 1200 patients.

La première observation, et peut-être celle qu’il faut retenir en priorité, c’est que dans une vaste majorité de cas, les hommes traités présentaient au départ un pénis d’une taille parfaitement normale. De deux choses l’une : soit la normalité ne leur suffisait pas, soit ils surestimaient la taille moyenne d’un pénis. Concernant les interventions, il s’agit de distinguer les approches non chirurgicales et chirurgicales.

Méthodes non chirurgicales. Les extenseurs augmentent la longueur du pénis « au repos », mais de moins 2 cm en moyenne. Les injections agissent sur la circonférence, mais au prix d’un taux élevé de complications. Les pompes n’ont aucun effet.

Méthodes chirurgicales. On mentionnera l’incision du ligament suspenseur (la technique la plus fréquente), la greffe de tissu ou le désassemblage du pénis. Certains hommes rapportent une augmentation significative de la taille de la verge, sachant que les complications ne sont pas rares et que ces techniques, précisent les auteurs, n’ont pas été suffisamment validées.

Ajoutons que lorsque les candidats reçoivent une information précise et complète sur la « normalité » d’un pénis, la plupart finissent par comprendre que la taille de leur sexe n’est pas problématique, et ils ne vont pas plus loin dans leur démarche. Les spécialistes concluent : « Les traitements d’allongement du pénis reposent sur des données scientifiques insuffisantes et de faible qualité. Des conseils structurés devraient être fournis à tous les patients avant d’entamer une procédure. Pour les hommes qui souhaiteraient s’engager plus avant, les extenseurs peuvent éventuellement être proposés. Les injections et la chirurgie doivent s’inscrire comme la dernière option ».

Voir aussi l'article : Quelle est la taille moyenne du pénis ?

Source: Sexual Medicine Reviews (www.journals.elsevier.com/s)
publié le : 29/07/2019 , mis à jour le 28/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci