Bruxisme : causes, symptômes, solutions

Dernière mise à jour: avril 2018 | 985 visites
123m-mond-tanden-20-3.jpg

conseil Le bruxisme se caractérise par un grincement des dents et il se produit surtout la nuit. Quelles en sont les causes, quand la situation devient-elle réellement problématique et de quels traitements dispose-t-on ?

Le grincement est dû au frottement des dents les unes contre les autres, c'est le bruxisme « typique ». Lorsqu’on sert fermement les dents, on parle de serrement des dents. Le grincement de dents se produit surtout la nuit, le serrement des dents peut aussi survenir pendant la journée. Le phénomène est assez commun, chez les enfants comme chez les adultes, puisqu'on estime qu’il concerne environ deux personnes sur dix. Chez les enfants, il disparaît en général spontanément pendant la croissance.

Les causes

Habituellement, plusieurs facteurs entrent en jeu.

• hérédité (dans environ la moitié des cas)
• stress
• anxiété
• trouble du sommeil
• certains troubles du système nerveux central (tels que la maladie de Parkinson ou la maladie de Huntington)
• tabagisme
• consommation excessive d'alcool
• toxicomanie (XTC, cocaïne...)
• consommation excessive de café
• certains médicaments (antidépresseurs, médicaments contre le TDA/H...)

Les symptômes

Souvent, la personne concernée ne remarque rien, et c'est le ou la partenaire qui fait état du problème. Néanmoins, certains se plaignent au réveil de dents ou de muscles de la mâchoire endoloris. Parfois, c’est le dentiste qui le constate en raisons d’une usure anormale des dents.

Quand le bruxisme devient-il un problème ?

Il arrive à tout le monde de grincer et/ou de serrer les dents. Habituellement, c’est sans importance, cela produit occasionnellement et s'arrête spontanément. La situation devient problématique lorsqu'elle persiste.

• usure prématurée des dents
• dents sensibles ou douloureuses
• perte de morceaux d'émail, de plombages ou d’implants
• douleur et/ou inflammation des muscles masticateurs
• épaississement des muscles de la mâchoire
• trouble du sommeil (pour le patient comme pour le partenaire)

Que faire ?

Il faut d'abord tenter d'identifier le ou les facteurs déclenchants.

• arrêter de fumer, limiter sa consommation d'alcool

• gérer son stress, au besoin en faisant appel à une aide professionnelle

• pratiquer des exercices de relaxation (par exemple respirer
par le ventre) lorsqu'on se met au lit

Quand consulter ?

Si les symptômes sont invalidants, consultez un médecin ou un dentiste.

• Le médecin peut vous orienter vers un psychologue ou un psychothérapeute afin de combattre le stress ou l'anxiété. Un physiothérapeute peut enseigner des exercices contre le serrement des dents.

• En cas de douleur intense, votre médecin peut vous prescrire temporairement un antidouleur ou un anti-inflammatoire.

• Tout dommage aux dents doit être soigné le plus rapidement possible par un dentiste.

• Si vous soupçonnez un trouble du sommeil ou un trouble cérébral, votre médecin peut vous recommander un test du sommeil en milieu hospitalier.

Quand une plaque occlusale est-elle nécessaire ?

Si vos dents présentent des signes d'usure prématurée ou de dommages, le médecin ou le dentiste peuvent vous recommander de placer une plaque dite occlusale. Faite sur mesure, elle se pose sur les dents la nuit et les protège de l'usure. En raison de son épaisseur, elle assure également une position détendue de l'articulation et empêche les muscles masticateurs d’exercer leur force maximale.

Chez les personnes qui souffrent de bruxisme pendant la journée, une plaque de protection peut également être appliquée, à ne retirer que pour les repas.

Il existe des protège-dents réglables qui ne sont pas faits sur mesure et qui sont moins chers que les plaques occlusales. On ne sait cependant pas s'ils sont aussi efficaces et sûrs.

Quant aux dispositifs (chers) qui réduisent l'activité des muscles de la mâchoire la nuit, leur efficacité doit être étudiée plus avant.


publié le : 18/04/2018 , mis à jour le 17/04/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci