Les érections nocturnes peuvent faire (très) mal

Dernière mise à jour: mars 2018 | 9854 visites
123m-man-bed-slapen-slapeloos-01-17.jpg

news Le rôle des érections pendant le sommeil n’est pas bien connu, mais on sait que ce phénomène concerne tous les hommes. Avec des conséquences parfois très désagréables.

Sauf trouble particulier, ces érections se produisent lors des phases de sommeil paradoxal, celles où l’on rêve. Il faut noter qu’elles ne sont pas liées à la nature du rêve, érotique ou non, encore que l’éjaculation puisse survenir en cas de rêve à caractère sexuel. En fait, en moyenne, un homme connaît un à trois épisodes d’érection nocturne, d’une durée chacune d’environ une demi-heure. L’érection étant provoquée par un afflux de sang dans la verge, l’une des hypothèses renvoie à un processus d’oxygénation du pénis pendant la nuit (à un moment aussi où le taux de testostérone s’élève). Et, ajoute Le Figaro, cet afflux de sang nocturne concerne aussi les parties génitales de la femme.

Des érections... d'une heure et demie


Dans l’écrasante majorité des cas, ces érections passent inaperçues (sauf si elles se maintiennent au réveil). Parfois, pourtant, elles peuvent être pénibles à vivre. Des situations problématiques sont rapportées dans la littérature médicale, la dernière en date étant celle de ce Néerlandais de 40 ans pris en charge par une équipe de l’université de Leiden. Le patient a consulté car il se réveille plusieurs fois par nuit accablé par des érections très douloureuses. Le bilan biologique ne montre rien de particulier. Par contre, un enregistrement nocturne indique que certaines érections durent jusqu’à… une heure et demie.

Selon les spécialistes, l’homme serait confronté à un souci de détumescence (dégonflement), mais ils n’ont pas pu en déterminer la cause. Lors des entretiens, il s’est avéré que ces érections douloureuses apparaissent uniquement dans la nuit qui suit un rapport sexuel en soirée, avec pénétration et éjaculation (mais pas en cas de masturbation). L’homme n’a pas souhaité prendre de médicaments (dont l’efficacité est très relative) et a préféré adapter sa sexualité, avec surtout un évitement des rapports complets en fin de journée. Lorsqu’il s’est malgré tout laissé aller, les érections douloureuses sont réapparues…

Source: Archives of Sexual Behavior (https://link.springer.com/j)
publié le : 19/03/2018 , mis à jour le 18/03/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci