E-cigarette : bien moins nocive que le tabac, mais...

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 3107 visites
123-e-sigaret-vs-sigar-stop-roken-09-15.jpg

news Il ne fait plus aucun doute que la cigarette électronique est considérablement moins nocive pour l'organisme que le tabac. Toutefois, la e-cigarette présente des caractéristiques qui ne sont pas neutres pour la santé.

Aucune étude n’a encore pu conclure sur l’usage de la cigarette électronique à long terme (plus de 10 ans). Ceci étant, le consensus est assez large dans la communauté scientifique pour considérer qu’elle est moins nocive que la cigarette avec tabac.

La grande différence réside dans la combustion. Avec une cigarette ordinaire, de nombreuses substances nocives (goudron, CO, benzène...) sont libérées lors de la combustion. Elles augmentent sensiblement le risque de cancer et de maladie cardiovasculaire. La cigarette électronique produit de la vapeur, mais il n'y a pas de processus de combustion des produits contenus dans le e-liquide.

Une étude récente publiée dans la revue spécialisée Tobacco Control a montré que le risque de cancer en cas d’utilisation correcte de la e-cigarette était d’environ 1% par rapport à celui encouru en fumant des cigarettes ordinaires. Cet avantage pour la santé nécessite évidemment un arrêt total du tabac.

Mais, mais...


Bien moins nocive qu’une cigarette ordinaire, la cigarette électronique n’est pas pour autant dénuée de risques.

• Les liquides contiennent souvent de la nicotine, qui est non seulement très addictive, mais également mauvaise pour les vaisseaux sanguins (augmentation de la pression artérielle, notamment). Mais le danger demeure plus faible qu’avec une cigarette ordinaire, qui contient en plus quelque 4000 substances toxiques.

• En outre, la vapeur d’une cigarette électronique contient un certain nombre de substances chimiques qui ne sont pas neutres pour la santé : propylène glycol, glycérol, aldéhydes, nitrosamines et métaux. Leur inhalation peut entraîner une irritation et des dommages aux voies respiratoires, une accélération du rythme cardiaque et un risque accru de cancer. Les grands utilisateurs sont plus exposés aux troubles respiratoires.

L'autorité néerlandaise de santé considère que la cigarette électronique, avec ou sans nicotine, devrait être utilisée à la fréquence la plus faible possible.

• En 2016, une importante étude américaine a montré que les jeunes de 16 à 18 ans qui utilisent la cigarette électronique doublent leur risque de problèmes respiratoires tels qu’une toux persistante, une respiration sifflante ou une bronchite.

• Selon une autre étude, il semble également que l’e-cigarette peut être préjudiciable aux personnes non fumeuses qui côtoient son utilisateur : elles inhalent les substances contenues dans la vapeur et peuvent ressentir une légère irritation de la gorge, du nez et des yeux. En outre, quand elle contient de la nicotine, cette vapeur peut provoquer une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle.

• Par rapport à d’autres substituts de nicotine comme les chewing-gums ou les patchs, il est plus difficile de se débarrasser de l'addiction à la nicotine avec la cigarette électronique, tout comme du réflexe (geste) de fumer.


publié le : 24/12/2017 , mis à jour le 25/12/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci