Seniors : faites travailler vos muscles !

Dernière mise à jour: juillet 2016 | 10148 visites
123-oud-senior-fitness-sport-6-27.jpg

news Une proportion importante de seniors est sujette à la sarcopénie, la perte de masse musculaire en raison du vieillissement. Il est important de freiner ce processus.

L’activité physique régulière constitue la meilleure réponse pour prévenir les conséquences de ce phénomène naturel, qui peut déboucher, à un certain stade, sur une (forte) limitation de la mobilité et de l’autonomie. L’exercice aérobie est important (marche, vélo, danse, natation…), mais aussi l’exercice anaérobie, plus intense et sollicitant moins les capacités respiratoires, de type séances de musculation.

Dans ce contexte-ci, il ne s’agit évidemment pas de soulever des lourdes haltères pendant des heures, mais d’entretenir, voire de renforcer, sa masse musculaire, en termes de volume, de souplesse et de résistance, par des exercices adaptés. Cela peut se pratiquer dans une salle de sport ou de fitness, sous la supervision d’un moniteur (en tout cas au début) et à raison d’une ou deux fois par semaine, et le cas échéant à la maison (poids légers, abdominaux, flexion des jambes…). Le bénéfice est réel, indique une équipe américaine (Penn State University), qui a conduit une étude auprès de quelque 30.000 seniors, dont une majorité âgés de plus de 60 ans, intégrés dans un suivi qui s’est étalé sur une quinzaine d’années.

Il s’avère que ceux qui pratiquent régulièrement (deux fois par semaine) un entraînement musculaire présentent un risque sensiblement réduit de décès dans les dix ans, toutes causes confondues, mais en particulier à la suite d’un accident cardiovasculaire. L’effet « exercices de musculation » est bien spécifique, notent les chercheurs, avec un impact positif sur la masse musculaire et manifestement aussi sur la fonction cardiaque. Ceci n’enlève évidemment rien à l’intérêt de l’activité physique classique, mais indique que la compléter par un travail plus ciblé sur la musculation présente un réel intérêt.

Source: Preventive Medicine (www.journals.elsevier.com/p)
publié le : 09/07/2016 , mis à jour le 08/07/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci