Le syndrome du bébé secoué

Dernière mise à jour: mars 2016 | 6599 visites
Dans cet article
Le syndrome du bébé secoué

dossier Les bébés sont à la fois étonnamment forts et extrêmement fragiles. Dans un moment de tension, d'énervement, d'irritation, d'égarement, un parent risque de ne pas se maîtriser et de secouer son enfant pour le calmer. Ce geste peut avoir des conséquences extrêmement graves : c'est ce qu'on appelle le syndrome du bébé secoué.

babayhoodje-schud-170_400_05.jpg
Par rapport au reste du corps, la tête du bébé est volumineuse et lourde. Les muscles du cou ne sont pas encore suffisamment forts pour la soutenir correctement, ce qui explique qu'elle penche en arrière ou en avant si elle n'est pas soutenue.

Le fait de secouer le bébé amplifie considérablement ce mouvement de balancier. Le cerveau du bébé va percuter la boîte crânienne, avec un risque des dommages terribles, notamment des déchirures des vaisseaux sanguins et une hémorragie cérébrale. Certaines structures cérébrales peuvent être fortement affectées par la compression. Des lésions irréversibles peuvent survenir, avec un risque de cécité, de surdité, de paralysie, de retard mental, d'épilepsie..., alors que l'enfant peut décéder.

Les nourrissons (moins d'un an) sont les plus vulnérables, mais pas seulement ! Les garçons seraient plus touchés par les séquelles que les filles, puisqu'ils représenteraient 60% des victimes.

Il est important de souligner que ces accidents ne surviennent pas lorsqu'on joue « normalement » avec un bébé. Il n'y a donc aucune inquiétude à avoir sur ce plan.

Comment calmer son enfant ?

baby-huilen-ma-roze-170_400_09.jpg
Les cris et les pleurs sont un mode d'expression naturel chez le bébé... mais ils risquent de fortement exaspérer les parents (ou ceux qui s'occupent de l'enfant à ce moment-là), d'autant plus s'ils se reproduisent souvent et si les adultes sont physiquement et mentalement exténués. Le risque de secouer l'enfant est alors réel.

Quelles solutions pour calmer son bébé ?

Il convient d'abord de passer en revue les causes qui peuvent déclencher les pleurs, et forcément d'y remédier : faim, soif, lange sale, douleurs… Si cela ne donne rien :

• caresser le bébé
• le bercer dans les bras, dans son berceau ou dans son landau
• lui chanter une berceuse
• marcher avec le bébé dans les bras
• lui faire écouter de la musique

Evidemment, en cas de doute et surtout en présence de signes suspects (fièvre, éruption cutanée, toux sèche, respiration bruyante, diarrhée et vomissements...), il est nécessaire de se tourner vers un médecin.

Les situations inquiétantes

Le bébé ne semble plus respirer

Le réflexe consiste à le secouer, mais il ne faut pas céder à la panique. Il peut s'agir d'une mauvaise interprétation de votre part ou d’une difficulté respiratoire passagère. Pour savoir ce qu’il en, effectuez les gestes suivants :

• chatouillez-lui la plante des pieds
• bercez-le fermement (mais pas violemment !) dans son berceau ou dans son landau
• prenez-le dans vos bras en lui soutenant la nuque et effectuez quelques mouvements

Ceci permet de vérifier rapidement si l'enfant réagit et s'il respire calmement. Si ce n'est manifestement pas le cas, s'il est très pâle ou au contraire très rouge, si ses muscles sont très tendus ou très relâchés, appelez les urgences. Faites-le de toute façon au moindre doute.

psych-vr-depri-baby-170_400_05.jpg
Vous sentez que vous allez craquer

• si un autre adulte ou un adolescent est présent à la maison, demandez-lui de prendre le relais
• inspirez profondément et expirez lentement
• si vous êtes seul, couchez le bébé dans un environnement sécurisé, c’est-à-dire dans son berceau ou dans son landau
• allez-vous asseoir dans une autre pièce
• aérez-vous sur le pas de la porte, sur la terrasse, dans le jardin
• si quelqu'un peut garder votre enfant pendant une heure ou deux, éloignez-vous de l'habitation, promenez-vous, faites des courses...
• ne retournez pas voir le bébé tant que vous n’êtes pas calmé

S'énerver sur le bébé ne fera qu'intensifier ses pleurs. Il est indispensable de s'éloigner quand la situation devient critique : lorsque la tension culmine, même le plus responsable des parents n'est pas à l'abri d'un geste impulsif et malheureux.


publié le : 03/03/2016 , mis à jour le 02/03/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci