Couches pour bébé : le stress des mamans en difficulté

Dernière mise à jour: novembre 2013
123-baby-luier-slapen-buik-170_09.jpg

news La difficulté à acheter une quantité suffisante de couches-culottes est identifiée comme un indicateur important des problèmes financiers auxquels sont confrontées les mamans.

Classiquement, rappelle le Dr Jean-Marc Retbi (Journal international de médecine), les revenus, le niveau d’instruction et l'activité professionnelle des parents constituent des critères basiques pour l’évaluation de l'environnement socio-économique de l'enfant, sachant qu’à ceci s’ajoutent notamment, pour affiner encore l’approche, les problèmes concernant l’approvisionnement alimentaire et le logement.

La possibilité d'achat de couches-culottes pourrait devenir un indicateur supplémentaire, relativement simple à déterminer. Et cela en tenant compte du fait que le stress parental – ici lié à ce souci quotidien récurrent, et plus globalement à la pauvreté – peut perturber le développement de l’enfant, alors qu’un bébé qui reste trop longtemps dans des couches souillées s’expose aux dermites du siège (érythème fessier) et aux infections urinaires.

Un stress permanent


Une équipe américaine a mené l’enquête, en recrutant un millier de mères âgées d’au moins 20 ans (l’âge moyen était de 36 ans). Un quart d’entre elles (27%) ont déclaré manquer régulièrement de couches pour changer leur nourrisson autant de fois que nécessaire. Les femmes dans cette situation expriment beaucoup plus que les autres des sentiments de stress, de tristesse ou d’anxiété, et une partie d'entre elles souhaitent être prises en charge, pour cela, par un thérapeute.

Et comment se débrouillent-elles pour faire face à la situation ? Elles empruntent de l’argent à la famille ou à des amis, elles font appel à des œuvres caritatives, elles font durer leur stock en espaçant les changes… Le Dr Retbi poursuit : « Cette enquête, qui exclut les mères adolescentes, suggère que le besoin de couches représente une difficulté matérielle stressante pour les parents. Les auteurs considèrent que la détection par les pédiatres du besoin de couches et une fourniture complémentaire par une « banque de couches » pourrait diminuer le stress des parents défavorisés ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.