ad

Le stérilet : quelle efficacité et quels effets indésirables ?

Dernière mise à jour: août 2015 | 20156 visites
Dans cet article
Le stérilet : quelle efficacité et quels effets indésirables ?

dossier Le dispositif intra-utérin (DIU) est la méthode réversible de régulation des naissances la plus répandue à travers le monde. Sur quels principes repose le mode d'action du stérilet ? Existe-t-il des contre-indications et des effets indésirables ?

Les premiers modèles de DIU datent du début du 20ème siècle. Dans les années soixante, des spécialistes ont constaté que certains matériaux, comme le cuivre, augmentaient significativement l'effet anticonceptionnel du dispositif. Il en va ainsi aussi de la progestérone.

Quel est le principe ?

anatom-tek-spiral-170_400_09.jpg
Lorsqu'il est introduit dans l'utérus, le DIU va déclencher une réaction de rejet, provoquant l'agression par les globules blancs des spermatozoïdes et de l'ovule. Le cuivre renforce ce mécanisme en perturbant considérablement la motilité des spermatozoïdes et le déplacement de l'ovule vers l'utérus, ce qui empêche la fertilisation.

En tant que tel, le stérilet ne provoque pas d'infections gynécologiques. Ceci étant, il doit être retiré (ou ne doit pas être placé) si une femme présente une pathologie de cette nature.

Les effets indésirables

Les manifestations les plus désagréables consistent en des saignements menstruels abondants, des douleurs abdominales pendant ou indépendamment des règles. Des expulsions de DIU ont été notifiées.

• En raison d'effets secondaires considérés comme invalidants, 10 à 15% des utilisatrices décident de procéder au retrait de leur stérilet.
• Environ 5% des femmes connaissent un incident avec leur DIU. La proportion est plus élevée chez les nullipares.
• Dans des conditions ordinaires d'utilisation, le taux de grossesses non désirées à un an est de 0,2 à 0,4% .

La dernière génération

En raison des effets indésirables, des recherches ont abouti voici quelques années au développement d'une nouvelle génération de DIU. Leur spécificité tient en une meilleure adéquation entre les dimensions du dispositif intra-utérin et la cavité utérine, ce qui renforce la stabilité et réduit les risques d'expulsion, de saignements et de douleurs.

Deux types de DIU s'inscrivent dans ce contexte.

Le GyneFix

Il est composé d'un fil flexible sur lequel sont fixés quatre ou six manchons, qui s'adaptent parfaitement aux mouvements du muscle utérin, réduisent considérablement les risques d'expulsion et ne perturbent pas les menstruations. Ce DIU doit être placé par des gynécologues formés à sa manipulation spécifique. Le taux de retrait volontaire avoisine les 5% et sa configuration convient aux nullipares (le col de l'utérus doit être suffisamment large).

Le Mirena

Sa structure en plastique est en forme de T. Un réservoir diffuse en continu une hormone progestative (lévonorgestrel). L'épaississement des sécrétions du col de l'utérus bloque le passage des spermatozoïdes, alors que l'épaisseur de l'endomètre est réduite (ce qui empêcherait, le cas échéant, la nidation).
Par ailleurs, la durée et l'abondance des menstruations sont réduites de quelque 70% (avec une baisse notable des douleurs), voire une absence de saignements. Ceci étant, ces effets positifs surviennent un trimestre après la mise en place, et durant cette période, des métrorragies (perte de sang en dehors des règles) peuvent être observées. Enfin, certaines études suggèrent un effet protecteur contre les grossesses extra-utérines.

Nouvelles ou anciennes versions ?

jobat-naar-de-dokter-gaan-170.jpg
Les dispositifs intra-utérins classiques ne sont pas pour autant devenus obsolètes. Ils conservent en effet certains avantages, en particulier pour les femmes qui ne ressentent pas d'effets indésirables. Ils sont faciles à insérer et à fixer; alors que le GyneFix appelle une formation spécifique du gynécologue et qu'en ce qui concerne Mirena, la femme doit être bien consciente des changements qui interviendront dans son cycle.

Par ailleurs, les DIU classiques restent en place entre sept et huit ans, alors que les plus récents doivent être changés après cinq ans.

Les formes les plus récentes de DIU offrent une solution aux femmes qui souffraient des effets indésirables du stérilet classique (comme les règles abondantes) ou qui craignent l'expulsion. De plus, ces modèles permettent aussi aux nullipares d'avoir plus facilement recours à un dispositif intra-utérin.


publié le : 28/03/2013 , mis à jour le 08/08/2015
ad
pub