Préservatifs sans latex : une prudence redoublée

Dernière mise à jour: août 2012 | 7966 visites
condoom-170_400_11.jpg

news Le risque de rupture du préservatif semble plus important lorsque le condom n’est pas fabriqué en latex. Dans tous les cas, la vigilance s’impose.

Les préservatifs en latex pouvant être à l’origine d’irritations et/ou d’allergies, ils sont alors remplacés par des modèles ne contenant pas cette matière, et ne présentant donc pas ce type d’inconvénients. La revue médicale « Prescrire » fait état d’une synthèse d’études (onze essais auprès de couples hétérosexuels) comparant les préservatifs avec et sans latex, et réalisées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en France. Les préservatifs sans latex étaient en polyuréthane ou en polymère synthétique, et enduits, pour la plupart, d’un lubrifiant à base de silicone.

L’analyse a porté sur le risque de rupture et de glissement du condom lors des rapports vaginaux. « Une rupture du préservatif pendant l’acte sexuel est survenue avec 3,8% des préservatifs sans latex et 0,8 seulement des préservatifs en latex », peut-on lire dans « Prescrire ». Qui ajoute : « Un glissement du préservatif, qui ne recouvrait plus le pénis, est survenu dans 1,5% des cas, sans différence entre les deux types de préservatifs ».

Les utilisateurs doivent être informés de ce risque de rupture et, surtout, il faut impérativement « prendre le temps de mettre les préservatifs convenablement sans les endommager, sans les étirer ni mettre d’air dans le réservoir, et sans utiliser de lubrifiant autre qu’hydrosoluble ».


publié le : 19/08/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci