Hernie inguinale : les symptômes et les traitements

Dernière mise à jour: mars 2017 | 71552 visites
hernia-liesbreuk-170_400_11.jpg

news Un homme sur trois sera touché par une hernie à l’aine, dite hernie inguinale. Elle peut aussi concerner les femmes, mais c'est plus rare. Elle survient surtout après avoir soulevé une charge lourde et/ou fait un effort important. Quels sont les symptômes et les traitements ?

Chez l’homme, la zone inguinale est par nature très fragile. Les intestins, lorsqu’il y a surexploitation de cette zone, peuvent exercer une pression et entraîner le développement d’une masse, une « boule ». La hernie inguinale est causée par le passage d'une portion de péritoine, contenant éventuellement des viscères (le plus souvent d'une partie de l'intestin grêle, parfois du gros intestin), à travers le canal inguinal.

Une hernie inguinale de petite taille peut être diagnostiquée de manière fortuite lors d’un examen médical de contrôle, à la palpation, ou d’une échographie de routine. Elle motive une consultation lorsqu'elle devient douloureuse, qu’elle occasionne une gêne en grossissant. La hernie inguinale n’est donc pas toujours douloureuse. Elle peut même jouer à « cache-cache », et apparaître à certains moments pour ensuite disparaître, puis revenir.

Souffler sur sa main ou tousser


La hernie « bouge » lors d'une quinte de toux ou d’un effort. En cas de doute, le médecin vous demandera d’ailleurs de souffler profondément sur votre main ou de tousser, afin de confirmer son diagnostic. Cette astuce fait « parler » une hernie, même discrète.

La chirurgie est le seul traitement médical pour en venir définitivement à bout. On peut opter pour une ceinture de contention qui atténue la gêne, mais qui ne traite pas la hernie et ne l’empêche pas de grossir. Lorsque la hernie est volumineuse et invalidante, il est recommandé de procéder à l’ablation. C'est le cas aussi quand le risque de complication paraît élevé (même s'il est difficile de faire des prévisions) : certaines hernies inguinales, même de petite taille, peuvent être à l'origine d'une occlusion intestinale, qui nécessite une intervention chirurgicale d’urgence.

Une à deux semaines de repos suivent l'intervention. On déconseille de conduire durant les premiers jours et d’éviter les efforts (dont le sport) pendant un mois, et davantage si nécessaire. Les récidives au même endroit sont très rares.

••• Pour en savoir plus sur l'opération de la hernie inguinale : cliquez ici.


publié le : 26/03/2017 , mis à jour le 25/03/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci