Le Covid tue-t-il plus que la grippe ?

Dernière mise à jour: décembre 2021
123_hartslag_dood_sterf_2021.jpg

news

La comparaison entre la grippe et le Covid a continué au cours de la quatrième vague. Pourquoi prenons-nous autant de mesures pour le coronavirus, mais pas pour le virus de la grippe ? Le Covid est-il vraiment plus mortel que la grippe ?

Pour répondre à cette question, selon le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven et UHasselt), il faut examiner deux sous-aspects : dans quelle mesure le Covid et la grippe sont-ils contagieux ? Et si vous êtes infecté, quelle est la probabilité que vous en mouriez ?

Dans quelle mesure la grippe et le corona sont-ils contagieux ?

La contagiosité des virus peut être déduite de la valeur R : le taux de reproduction. Ce chiffre exprime le nombre de personnes infectées par une personne atteinte de la maladie. Dans le cas de la grippe, il est de 1,5. « Mais ce taux de reproduction constitue la contagion si nous ne prenons pas de mesures », ajoute Geert Molenberghs. Le taux de reproduction effectif, qui est ce que les médias rapportent, change en fonction de notre comportement : combien de personnes rencontrons-nous ? Combien de fois nous lavons-nous les mains ? Quelle distance devons-nous garder ? Et ainsi de suite.

De plus, ce nombre varie d'une personne à l'autre. Certaines personnes n'infectent personne, quand d'autres pourront transmettre le virus à 10, 20 ou même 50 autres personnes. C'est ce que l'on appelle les super-propagateurs. Selon le professeur, c'est clair : « Sans mesures, le Covid est beaucoup plus contagieux que la grippe. »

Quelle est la probabilité de mourir du Covid-19 ?

« Sur 1 000 personnes infectées, deux à trois meurent de la grippe. Dans le cas du Covid, le chiffre est cinq fois plus élevé : ainsi, 12,5 personnes sur 1000 meurent. Mais ces chiffres sont aussi des moyennes. Si nous les répartissons par âge, sexe et facteurs de risque, nous constatons que certaines personnes ont un risque de décès beaucoup plus élevé que d'autres. » 

Geert Molenberghs explique : « Heureusement, peu de jeunes meurent du Covid. Les personnes de plus de 65 ans courent un risque beaucoup plus élevé de mourir, surtout les hommes. Deux tiers des personnes décédées du Covid résidaient en maison de repos et de soin. Si on ne compte pas ces résidences, le risque de décès est toujours de 0,5% »

Est-il possible de faire des comparaisons si on part d'un chiffre moyen pour la grippe ?

Avant tout, la grippe n'est pas toujours bénigne. Il y a aussi des cas de grippe mortelle. Selon Molenberghs, : « Il s'agit des virus de la grippe dans lesquels le virus est passé de l'animal à l'homme et s'est ensuite propagé rapidement dans le monde entier, ce que l'on appelle la grippe pandémique. La grippe espagnole, par exemple, était moins contagieuse que le Covid, mais beaucoup plus mortelle ».

Néanmoins, le professeur estime qu'il est plus difficile de comparer les pandémies dans le cas de la grippe et dans le cas du Covid. Les mesures visant à contenir le virus n'ont jamais été prises dans la même mesure qu'aujourd'hui. « Et si ces virus de grippe pandémique réapparaissent, il y a peu de chances que nous prenions les mêmes mesures que pour le Covid. Parce qu'il existe des vaccins contre la grippe et des antiviraux. Et lorsque nous cherchons des vaccins contre la grippe, nous nous appuyons simplement sur les connaissances qui existent déjà. »

Lire aussi : Grippe ou Covid-19 : comment ne pas se tromper de virus ?

Covid-19 : inconnu et pas d'immunité

Et c'est en fait la différence essentielle entre le virus de la grippe et le SARS-CoV-2, selon Molenberghs : « Le Covid-19 était nouveau, donc personne n'était immunisé au début de l'épidémie. Mais c'était aussi nouveau pour les médecins : personne ne savait quel traitement fonctionnerait ».

Bert Niesters, de l'UMC Groningue (UMCG), souligne également cette différence : « Le virus de la grippe change un peu chaque année, mais le coronavirus est complètement nouveau et inconnu. Alors que la grippe arrive par épidémies, le corona est une pandémie. Rien que cela signifie que beaucoup plus de gens meurent ».

Ymkje Stienstra, interne et infectiologue à l'UMCG ajoute : « Nous sommes presque tous encore sensibles au coronavirus. Le Covid-19 étant un nouveau virus, nous n'avons pas encore construit une défense partielle comme pour la grippe. Et si beaucoup de gens sont malades, vous aurez donc toujours beaucoup plus de décès ».

Sources
dagvandescience.be
rtvnoord.nl
knack.be

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram