ad

Covid-19 : que se passe-t-il dans la bouche ?

Dernière mise à jour: avril 2021 | 3369 visites
unspl-covid-mask-2-4-21.jpg

news Parmi les organes touchés par le coronavirus Sars-CoV-2, la bouche n’est sans doute pas la localisation qui attire le plus l’attention. Pourtant, de nombreux patients Covid présentent des lésions significatives et de longue durée.

La bouche joue un rôle important dans le processus infectieux de la Covid-19. En termes de transmission, puisque le virus peut être propagé via les gouttelettes de salive, alors qu’on sait que le Sars-CoV-2 se réplique dans l’épithélium (le tissu de surface) de la muqueuse buccale avant d’accéder au reste de l’organisme. « Pourtant », explique le Dr Philippe Tellier (Journal international de médecine), « la cavité buccale n’a suscité jusqu’ici qu’un intérêt clinique et épidémiologique des plus modérés ».

Une équipe italienne (université Vita-Salute San Raffaele) a entrepris de combler cette lacune. Les chercheurs ont procédé au bilan bucco-dentaire de patients Covid hospitalisés, et ils ont identifié des manifestations orales de l’infection dans près de la moitié des cas (43%), avec une proportion élevée d’ectasies des glandes salivaires, c’est-à-dire leur dilatation anormale. Celle-ci semble refléter le syndrome hyper inflammatoire caractéristique de la Covid-19. Parmi les autres problèmes assez fréquents, on relève une atteinte des articulations de la mâchoire, des douleurs au visage, ainsi qu’une faiblesse des muscles de la mastication.

Des causes isolées ou combinées

Ces symptômes ont persisté au moins trois mois après l’admission en milieu hospitalier, alors que la Covid-19 était considérée comme guérie. Ces manifestations orales et faciales semblent donc s’installer dans la durée. Elles relèvent de plusieurs facteurs, isolés ou combinés, poursuit le Dr Tellier, qui peuvent déclencher ou accentuer les soucis.

• Les effets directs du virus et la réponse (hyper) inflammatoire de l’organisme.

• L’administration de corticoïdes ou d’antibiotiques, qui favorisent aussi les candidoses buccales, les aphtes ou la sécheresse buccale.

• Le rôle spécifique de l’intubation mécanique ou de la trachéotomie, des interventions qui perturbent sévèrement le microbiote buccal et l’équilibre (homéostasie) de la cavité buccale.

• L’atteinte cérébrale, expliquant l’anosmie (perte de l’odorat) et l’agueusie (perte du goût), qui affecte le tonus des muscles faciaux et la fonction de sécrétion des glandes salivaires.

Le Dr Tellier commente : « Quels que soient les mécanismes qui entrent en jeu, la cavité orale des patients mérite la plus grande attention dans les suites d’une Covid-19. Elle est la cible de nombreuses séquelles imputables à la maladie et à ses multiples facettes. L’écosystème buccal doit être restauré car il s’agit d’une composante importante de la qualité de vie mise à mal par l’infection ».

Voir aussi l'article : Covid-19 : 5 conseils pour parler avec un masque

Source: Journal of Dental Research (https://journals.sagepub.co)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub