Méningite : quelle vaccination chez l'enfant ?

Dernière mise à jour: janvier 2020 | 3670 visites
Vaccina-kind-170-400_04.jpg

news Le Conseil supérieur belge de la santé a adapté ses recommandations sur la vaccination des enfants et des adolescents contre la méningite. Il recommande de remplacer le vaccin actuel contre le méningocoque C par le vaccin conjugué contre les méningocoques A, C, W et Y. La vaccination générale contre le méningocoque B n’est pas (encore) recommandée.

Les méningocoques peuvent provoquer une forme grave de méningite et de septicémie. Une infection à méningocoque peut mettre la vie en danger en quelques heures et elle commence généralement par un état pseudo-grippal. Les signes cutanés sont fréquents : des petits points rouges sur la peau qui augmentent rapidement en nombre et en taille, signe d'une situation potentiellement mortelle.

Les enfants de 1 à 5 ans et les jeunes adultes sont particulièrement concernés.

La bactérie est essentiellement transmise par les gouttelettes de salive (conversation rapprochée, toux, éternuement...), ainsi que par contact direct avec la morve ou le mucus d'une personne infectée.

La plupart des personnes présentent une résistance suffisante à la maladie, elles sont alors porteuses sans développer l'infection.

Comment progressent les infections ?


Il existe différents types de méningocoque. Les plus connus sont le B et le C, mais on recense aussi le A, le W, le Y...

• En Belgique, la dernière épidémie d'infections graves à méningocoques s'est produite entre 1997 et 2001, et elle était principalement imputable aux infections à méningocoque C. Le nombre de cas de méningocoque C a fortement diminué depuis l’introduction du vaccin en 2002.

• Le nombre d'infections à méningocoque B a également diminué depuis le début des années 2000. En 2018, on comptait 59 cas d'infections invasives à méningocoque B et 20 cas au premier trimestre de 2019. Le sérogroupe B se rencontre principalement chez les enfants de moins de 5 ans.

• Le nombre d'infections à méningocoques dues aux sérogroupes W et Y a en revanche augmenté ces dernières années. Au cours du premier trimestre de 2019, 7 cas du sérogroupe Y et 12 cas d'infection à méningocoque du groupe W ont été enregistrés.

On rencontre le sérogroupe Y principalement dans trois groupes d’âge : les 0 à 9 ans, les 15 à 19 ans et les 65 à 85 ans. Le sérogroupe W concerne principalement 2 groupes d'âge : les enfants de moins de 5 ans et les adolescents de 15 à 19 ans.

Quelle vaccination ?


Méningocoque C. Le programme de vaccination de la Fédération Wallonie - Bruxelles prévoit une dose de vaccin contre le méningocoque C à l’âge de 15 mois. Le médecin traitant peut conseiller l’administration de ce vaccin entre 2 mois et 19 ans. Pour les enfants de plus de 1 an, une dose de vaccin suffit.

Méningocoque B. Le vaccin contre le méningocoque B ne fait actuellement pas partie du calendrier de vaccination de base et le Conseil supérieur belge de la santé ne le recommande pas pour le moment, sauf pour les personnes à haut risque d'infection grave, par exemple après une ablation de la rate ou en présence d'un trouble de l'immunité.

Si vous souhaitez que ce vaccin soit administré à votre enfant, il est préférable d’en discuter avec votre médecin. Le vaccin n'est pas remboursé.

Méningocoques A, C, W, Y. Il existe deux vaccins conjugués contre le méningocoque A, C, W et Y : Menveo et Nimenrix. Menveo peut être administré à partir de 2 ans et Nimenrix à partir de 6 semaines.

Dans son nouvel avis, le Conseil supérieur de la santé recommande donc de remplacer le vaccin actuel contre le méningocoque C par l’un de ces deux vaccins conjugués, car les infections à méningocoque W et Y sont en progression. Il prône la vaccination générale contre les méningocoques A, C, W et Y des enfants de 15 mois et des adolescents de 15 à 16 ans.

► Pour une information détaillée : cliquez ici.

Voir aussi l'article : Vidéo - Le méningocoque (méningite)


publié le : 15/01/2020 , mis à jour le 14/01/2020
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci